Marchés français ouverture 56 min
  • Dow Jones

    35 911,81
    -201,79 (-0,56 %)
     
  • Nasdaq

    14 893,75
    +86,95 (+0,59 %)
     
  • Nikkei 225

    28 333,52
    +209,24 (+0,74 %)
     
  • EUR/USD

    1,1417
    +0,0001 (+0,01 %)
     
  • HANG SENG

    24 216,78
    -166,54 (-0,68 %)
     
  • BTC-EUR

    37 470,80
    -636,53 (-1,67 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 028,17
    +2,44 (+0,24 %)
     
  • S&P 500

    4 662,85
    +3,82 (+0,08 %)
     

Les pénuries mondiales font le bonheur des traders, des courtiers et des négociants

·2 min de lecture

Des géants du négoce aux boutiques spécialisées, les intermédiaires s'imposent auprès des entreprises soucieuses de sécuriser leurs approvisionnements.

Traders, courtiers, négociants… Les intermédiaires surfent avec bonheur sur les pénuries mondiales. Le cours du zinc est monté en flèche début octobre, avec un bond de plus de 40% en un an. Le cuivre, le plomb, l'aluminium, l'étain et le nickel ont aussi battu des records même si les prix se sont un peu détendus dernièrement. Même effervescence sur les matières premières agricoles, du blé au riz. Résultat: les quatre majors du secteur, dénommées ABCD, pour ADM, Bunge, Cargill et , sont en train d'effacer avec une rapidité stupéfiante les mauvais mois de confinements. En août 2021, l'américain Cargill annonçait 134 milliards de dollars de chiffre d'affaires annuel, contre 113 milliards deux ans plus tôt."Il y a un coût pour nos fournisseurs. Mais au moins, on évite l'arrêt de nos lignes." Philippe Dénecé, directeur général du spécialiste des équipements thermiques.

Un numéro d'équilibriste

Les petits courtiers spécialisés sont aussi en surchauffe. Alantys, cofondé il y a vingt ans par Sylvain Maillard, prévoit un doublement de son chiffre d'affaires cette année, pour atteindre 75 millions d'euros. Son activité: pister . "Le marché des composants reste très éclaté, pointe Sylvain Maillard. Notre savoir-faire consiste à recueillir les bonnes informations auprès des producteurs, de Taïwan à l'Afrique du Sud, notamment grâce à une bonne connaissance des bases de données." Philippe Dénecé, qui dirige les chauffages Muller, se félicite de l'existence de ces services: "Leur recours a certes un coût pour nos fournisseurs.

Mais, au moins, on évite l'arrêt de nos lignes." Même si l'exercice tient aujourd'hui du numéro d'équilibriste, avec des retards et des annulations de commandes réguliers. "Dans ces conditions, dans un marché de gré à gré comme le nôtre, la confiance tissée avec les producteurs de composants depuis des années vaut de l'or", explique Sylvain Maillard. Cette nécessité d'établir une relation fiable avec les producteurs pourrait bien faire évoluer les pratique[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles