La bourse ferme dans 1 h 35 min
  • CAC 40

    7 164,33
    +31,98 (+0,45 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 231,91
    +22,60 (+0,54 %)
     
  • Dow Jones

    34 097,64
    -59,05 (-0,17 %)
     
  • EUR/USD

    1,0725
    -0,0006 (-0,05 %)
     
  • Gold future

    1 887,10
    +2,30 (+0,12 %)
     
  • BTC-EUR

    21 535,14
    -74,17 (-0,34 %)
     
  • CMC Crypto 200

    533,50
    -3,39 (-0,63 %)
     
  • Pétrole WTI

    77,99
    +0,85 (+1,10 %)
     
  • DAX

    15 474,74
    +153,86 (+1,00 %)
     
  • FTSE 100

    7 913,16
    +48,45 (+0,62 %)
     
  • Nasdaq

    12 028,28
    -85,50 (-0,71 %)
     
  • S&P 500

    4 145,01
    -18,99 (-0,46 %)
     
  • Nikkei 225

    27 606,46
    -79,01 (-0,29 %)
     
  • HANG SENG

    21 283,52
    -15,18 (-0,07 %)
     
  • GBP/USD

    1,2065
    +0,0013 (+0,10 %)
     

Pénuries de médicaments : la relocalisation de la production plus urgente que jamais

REGIS DUVIGNAU

Face aux tensions d’approvisionnement de médicaments essentiels, les projets de relocalisation de principes actifs pharmaceutiques promis par Emmanuel Macron durant la crise sanitaire se font attendre. Notamment l’usine emblématique de paracétamol de Seqens dans l’Isère.

Les permis de construire ont été déposés à l’automne. Annoncé par Emmanuel Macron en juin 2020, en pleine crise du Covid-19 qui a révélé la vulnérabilité sanitaire du pays, le projet de relocalisation de la production de paracétamol en France va enfin pouvoir sortir des cartons. Initialement, le fleuron tricolore de la chimie Seqens, qui construit ce futur site à Roussillon dans l’Isère, sur les cendres de la dernière usine de paracétamol française fermée en 2008 par le groupe Rhodia, devait livrer les premières boîtes en 2023. Las, le calendrier a glissé et l’usine iséroise ne tournera pas avant fin 2025.

Car il aura fallu au groupe plus de dix-huit mois de recherche et développement pour concevoir un site compétitif face aux usines chinoises et indiennes, qui concentrent aujourd’hui entre 60 et 80% de la production mondiale de principes actifs, ces substances conférant au médicament ses propriétés thérapeutiques. Et où les coûts de production sont plus bas et les normes environnementales et sécuritaires moins strictes. "Notre installation sera ultra performante, grâce à des procédés innovants de production en continu, et cinq à dix fois plus respectueuse de l’environnement", explique Pierre Luzeau, président de Seqens, qui fabrique déjà du paracétamol en Chine.

Raccourcir les délais de construction d'usines

Un chantier qui ne peut se faire du jour au lendemain. "Il faut entre trois et cinq ans pour ouvrir une usine dans l’industrie pharmaceutique", rappelle le dirigeant. Des délais que Bruno Le Maire, le ministre de l’Economie, juge "inacceptables". Il a donc annoncé, ce mercredi 4 janvier sur France Inter, qu’il présenterait un projet de loi visant à "simplifier les procédures", afin de "pouvoir créer de nouveaux sites industriels en quelques mois".

Il y a urgence. Depuis plusieurs semaines, les pharmaciens peinent à s’approvisionner en paracétamol et amoxicilline, l’antibiotique le plus prescrit, sur fond de triple épidémie de grippe, bronchiolite et Covid-19 et[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi