La bourse ferme dans 7 h 3 min
  • CAC 40

    6 248,73
    -47,96 (-0,76 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 998,58
    -21,33 (-0,53 %)
     
  • Dow Jones

    34 077,63
    -123,04 (-0,36 %)
     
  • EUR/USD

    1,2073
    +0,0032 (+0,27 %)
     
  • Gold future

    1 768,60
    -2,00 (-0,11 %)
     
  • BTC-EUR

    45 517,70
    -2 170,14 (-4,55 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 236,42
    -62,54 (-4,81 %)
     
  • Pétrole WTI

    64,21
    +0,83 (+1,31 %)
     
  • DAX

    15 325,08
    -43,31 (-0,28 %)
     
  • FTSE 100

    6 969,61
    -30,47 (-0,44 %)
     
  • Nasdaq

    13 914,77
    -137,58 (-0,98 %)
     
  • S&P 500

    4 163,26
    -22,21 (-0,53 %)
     
  • Nikkei 225

    29 100,38
    -584,99 (-1,97 %)
     
  • HANG SENG

    29 135,73
    +29,58 (+0,10 %)
     
  • GBP/USD

    1,3992
    +0,0008 (+0,06 %)
     

Pénuries, hausses des prix, perte de souveraineté: le cocktail amer pour Renaut et PSA

·2 min de lecture

Manque d'acier, de plastiques, de composants électroniques et de batteries. L'industrie auto européenne, notamment Renault et PSA, va payer très cher ce cocktail amer. Alors que Bruxelles veut durcir les normes, qui vont accentuer le transfert de valeur ajoutée et de souveraineté vers l'Asie !

La pénurie mondiale de composants électroniques depuis fin 2020, en particulier celles de Renault et PSA (devenu Stellantis), faisant perdre un million de véhicules à l’industrie automobile mondiale au premier trimestre 2021, selon IHS Markit. Pis, elle se double d’un manque de matières plastiques depuis mars. Mais la cascade des ruptures d’approvisionnement ne s’arrête pas là. Car les constructeurs sont aussi en mal d’acier ! 84% des (Fédération des fabricants de composants pour véhicules) déclarent ainsi être touchés par des problèmes d'approvisionnement.

Comment en est-on arrivé là ? La pénurie des composants électroniques concerne les microcontrôleurs, indispensables à la direction assistée, la gestion du freinage et du moteur. Ces puces sont achetées par les équipementiers et ensuite montées dans les véhicules par les constructeurs. Or, la fonderie et la lithogravure dans la gravure desdites puces : le coréen Samsung et surtout le taiwanais TSMC. "L’an dernier, la grande consommation a continué à croître. Les fournisseurs ont donc servi prioritairement les gros clients qui avaient une forte demande", explique Claude Cham, président de la FIEV. Du coup, quand l’industrie auto est repartie en septembre dernier, elle s’est retrouvée à court et n’a pas été servie prioritairement. Logique : "TSMC alimente 70% du maché auto mondial mais le secteur auto, c’est seulement 3% de son chiffre d’affaires", renchérit Marc Mortureux, directeur général de la PFA (Plateforme, filière automobile). Avec un effet inflationniste immédiat, dû à la pénurie. Certains clients automobiles en manque "achètent même à n’importe quel prix", raille un constructeur européen.

Batteries toutes en Asie

Facteur aggravant: il se vend de plus en plus de , lesquels utilisent bien plus de composants électroniques que les modèles à essence ou diesel. Or, l’Europe est de plus en plus dépendante de l’Asie. "Il y a dix ans, 44% des composants électroniques que nous achetions étaient produits en Euro[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi