La bourse ferme dans 8 h 26 min
  • CAC 40

    7 014,57
    0,00 (0,00 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 233,09
    -43,11 (-1,01 %)
     
  • Dow Jones

    35 754,75
    +35,32 (+0,10 %)
     
  • EUR/USD

    1,1326
    -0,0018 (-0,16 %)
     
  • Gold future

    1 787,20
    +1,70 (+0,10 %)
     
  • BTC-EUR

    44 172,89
    -764,89 (-1,70 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 307,58
    +2,46 (+0,19 %)
     
  • Pétrole WTI

    72,77
    +0,41 (+0,57 %)
     
  • DAX

    15 687,09
    -126,81 (-0,80 %)
     
  • FTSE 100

    7 337,05
    0,00 (0,00 %)
     
  • Nasdaq

    15 786,99
    +100,07 (+0,64 %)
     
  • S&P 500

    4 701,21
    +14,46 (+0,31 %)
     
  • Nikkei 225

    28 725,47
    -135,15 (-0,47 %)
     
  • HANG SENG

    24 277,79
    +280,92 (+1,17 %)
     
  • GBP/USD

    1,3202
    -0,0004 (-0,03 %)
     

Pénurie d'animateurs : l'aide de 200 euros pour le Bafa sera-t-elle suffisante ?

·1 min de lecture

Vous en avez peut-être fait l'expérience en essayant d'inscrire vos enfants au centre de loisir pour les vacances de la Toussaint : certains centres sont obligés de refuser des enfants faute d'animateurs pour s'en occuper. Une pénurie d'encadrant qui dure depuis plus d'un an : il manque environ 10% des effectifs, soit environ 5.000 postes. Le gouvernement a annoncé le versement d'une aide de 200 euros pour financer la formation aux métiers de l'animation. Cette aide sera versée en 2022 pour 20.000 jeunes.

>> Retrouvez la matinale du jour en replay et en podcast ici

Ces 200 euros serviront à financer le Bafa (brevet d'aptitude aux fonctions d'animateur), indispensable diplôme qui coûte au total entre 800 et 1.000 euros. Mais pour les professionnels du secteur, ce coup de pouce décidé par le gouvernement pour relancer l'attractivité de ces métiers est trop faible pour combler les carences actuelles.

"L'employeur de la mère nous a appelé"

Ainsi, dans le département de l'Ille-et-Vilaine, certains centres ont dû refuser des enfants pour la Toussaint. "On a été obligés de réduire d'environ 10% à 12% nos possibilités d'accueil et le nombre de places offertes dans les accueils de loisirs", explique Jean-Daniel Lemercier, de l'association Familles rurales d'Ille-et-Vilaine. "Dans la grande majorité, il y a une compréhension des familles. Mais dans certaines situations, on ne pouvait pas accueillir l'enfant et c'est même l'employeur de cette mère qui nous a appelé pour essayer de...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles