La bourse est fermée
  • Dow Jones

    34 000,04
    -92,92 (-0,27 %)
     
  • Nasdaq

    12 147,92
    +331,60 (+2,81 %)
     
  • Nikkei 225

    27 402,05
    +55,17 (+0,20 %)
     
  • EUR/USD

    1,0917
    -0,0077 (-0,70 %)
     
  • HANG SENG

    21 958,36
    -113,82 (-0,52 %)
     
  • BTC-EUR

    21 806,10
    +47,56 (+0,22 %)
     
  • CMC Crypto 200

    543,62
    -1,70 (-0,31 %)
     
  • S&P 500

    4 169,41
    +50,20 (+1,22 %)
     

Pénurie de candidats: la RATP chouchoute ses conducteurs de bus et de métro

A. Cornu/Hans Lucas/AFP

Défis d'un monde en pénurie. (2/10). La RATP manque de chauffeurs de bus et de métro. Prime d'assiduité ou de cooptation, augmentation des salaires... La Régie, tenue désormais par l'ancien Premier ministre Jean Castex, a décidé de sortir le grand jeu pour séduire les candidats. Si 1.500 embauches ont été réalisées en 2022, il en faudrait autant en 2023 pour éviter une nouvelle dégradation du service.

Plus que dix jours avant l’évaluation finale: ce mercredi 4 janvier au centre de formation RATP de la porte de Vincennes, à Paris, une dizaine de futurs conducteurs du métro se concentrent derrière des écrans de bord virtuels. Arrêts intempestifs, alerte fumée dans la rame, blocage des portes, simulation d’incidents voyageurs... Rien ne leur est épargné. "C’est intense, mais c’est ce qu’il faut pour être préparé une fois que l’on sera seul aux manettes", souffle Emilie, qui achève son 43e jour de formation. A 38 ans, cette ancienne caissière de Carrefour rêve de rejoindre la Régie, malgré les horaires décalés, le travail les jours fériés et la colère actuelle des usagers face à la dégradation du service.

Pour revenir à un trafic à 100% au printemps prochain, comme l’a promis le nouveau PDG Jean Castex, la direction a dû revoir sa politique de ressources humaines. L’enjeu: attirer des candidats pour le métro – et surtout le bus –, et freiner les démissions des agents en poste ou l’envolée de l’absentéisme. "Aujourd’hui, 40 conducteurs de métro manquent encore sur un effectif total de 3.000 et 400 recrutements sont prévus en 2023, explique Eric Dujardin, responsable de la formation. Pour y arriver, 50 sessions de 10 stagiaires sont programmées cette année, sachant qu’il faut environ six mois pour former un conducteur de métro." Leur salaire d’embauche est de 26.000 euros bruts par an, primes comprises, comme ceux des bus. La RATP insiste d’ailleurs sur les passerelles entre les deux métiers. "La réalité est un peu différente, nuance cependant Jamel, chauffeur sur la ligne 92. Car il faut avoir été machiniste pendant cinq ans avant de pouvoir postuler. Et, vu le manque de gars en ce moment, ils préfèrent nous garder en surface."

Lire aussiA Paris, un poker menteur explosif sur l'interdiction des trottinettes partagées

Chargé de la commande de services au centre de Montrouge, près de la porte d’Orléans, Damien ne dira pas le contraire. Issu de la promotion interne, apr[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi