La bourse est fermée
  • Dow Jones

    34 311,86
    -81,89 (-0,24 %)
     
  • Nasdaq

    14 074,71
    -99,44 (-0,70 %)
     
  • Nikkei 225

    29 441,30
    +279,50 (+0,96 %)
     
  • EUR/USD

    1,2132
    +0,0009 (+0,07 %)
     
  • HANG SENG

    28 638,53
    -203,60 (-0,71 %)
     
  • BTC-EUR

    33 932,40
    +660,26 (+1,98 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 022,56
    +11,96 (+1,18 %)
     
  • S&P 500

    4 248,49
    -6,66 (-0,16 %)
     

Pécresse invente son "en même temps" écolo-sécuritaire

·2 min de lecture

En campagne pour un second mandat en Île-de-France, l'ancienne ministre s'appuie sur un programme mêlant défense de l'environnement et lutte contre les violences urbaines. Une originalité à droite.

Fidèle à son triptyque "sécurité-économie-écologie", Valérie Pécresse a dévoilé mercredi 2 juin les grandes lignes de son programme pour la région Île-de-France, avec des propositions marquées sur la vidéo-surveillance, les aides aux entreprises et le développement des énergies renouvelables. Un positionnement original, en forme de "en même temps", , tout en distillant par petites touches sa différence , et en rupture avec le primat libéral des Républicains. Depuis le début de la campagne, cet agenda "bleu-vert" s'avère redoutablement efficace dans les sondages, où l'ancienne ministre fait figure d'archi-favorite, avec 33% d'intention de vote, devançant très largement le n°2 du Rassemblement national Jordan Bardella (17%), le macroniste Laurent Saint-Martin (12%) et une gauche divisée en trois candidatures qui se neutralisent (Bayou 12%, Autain 11%, Pulvar 10%).

Zéro hausse d'impôts

Assurant vouloir diriger une région "toujours plus sure, toujours plus écologiste, toujours plus solidaire", la candidate a énoncé mercredi cinq principes directeurs qui guideront son mandat de présidente de région: zéro hausse d'impôts, au moins 1 euro de dépense publique sur 2 consacré à l'amélioration de l'environnement, une intransigeance sur les valeurs de la République, et une lutte acharnée contre la corruption et la ghettoïsation. Mais c'est le volet sécuritaire, , qui a occupé une bonne partie de sa conférence de presse. Avec un paradoxe: la sécurité n'est pas directement une compétence de la région, même si l'Île-de-France a signé avec Beauvau en 2015 un accord en vue d'une coproduction de sécurité qui lui permet de financer des dispositifs, notamment dans les secteurs dont elle a la charge comme les transports et les lycées. La présidente de la région Île-de-France n'entend pas lésiner sur les moyens et consacrera 1,3 milliard d'euros à la lutte contre les violences, dont près de 900 millions seront à la charge d'Île-de-France Mobilité.

Au programme: la création d'une police [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi