Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 934,17
    +6,74 (+0,09 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 894,86
    +17,09 (+0,35 %)
     
  • Dow Jones

    39 087,38
    +90,98 (+0,23 %)
     
  • EUR/USD

    1,0845
    +0,0038 (+0,35 %)
     
  • Gold future

    2 091,60
    +36,90 (+1,80 %)
     
  • Bitcoin EUR

    57 912,72
    +635,76 (+1,11 %)
     
  • CMC Crypto 200

    885,54
    0,00 (0,00 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,81
    +1,55 (+1,98 %)
     
  • DAX

    17 735,07
    +56,87 (+0,32 %)
     
  • FTSE 100

    7 682,50
    +52,48 (+0,69 %)
     
  • Nasdaq

    16 274,94
    +183,04 (+1,14 %)
     
  • S&P 500

    5 137,08
    +40,81 (+0,80 %)
     
  • Nikkei 225

    39 910,82
    +744,62 (+1,90 %)
     
  • HANG SENG

    16 589,44
    +78,04 (+0,47 %)
     
  • GBP/USD

    1,2660
    +0,0034 (+0,27 %)
     

Péages : Non, leurs tarifs ne bondiront pas en 2025 ! Et c'est le ministère des Transports qui le dit

Julien Sarboraria

«Attiser la peur des automobilistes». Pour le ministère des Transports, c'est ce qu'ont fait les sociétés concessionnaires d'autoroutes en annonçant, mercredi 29 novembre, des hausses colossales des tarifs des péages en 2025, jusqu'à 5% ou 6%. Cela afin de contrebalancer la taxe sur les transports de longue distance, prévue dans le projet de loi de finances pour 2024 et destinée à financer la transition écologique. Le cabinet du ministre Clément Beaune dénonce, ce jeudi, des «fake news». La future taxe «n'aura aucun impact sur les prix des péages», assure-t-il. Pour une raison simple : les tarifs des péages sont déterminés chaque année dans le cadre d'un contrat entre l'Etat et les sociétés d'autoroutes, sur la base de l'inflation et du programme d'investissements des concessionnaires.

Pas de place, donc, entre ces deux piliers, pour une répercussion de taxe. Répercussion à laquelle les sociétés d'autoroutes pourraient éventuellement procéder, par le truchement d'une augmentation plus importante que prévu de leurs investissements. Sauf que ces derniers sont «décidés de concert avec l'Etat», rappelle le ministère des transports. Conséquence, «pas plus en 2025 qu'en 2024, les contrats ne prévoient une hausse des prix des péages liée à la taxe», insiste l'entourage de Clément Beaune.

Ce dernier table parallèlement sur une inflation de 2 à 3 % fin 2024, sur la base des prévisions actuelles. Aussi, absolument «rien ne permet de dire que les prix des péages augmenteront de 5% à 6% (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

X (ex-Twitter) : «Allez-vous faire foutre»... les mots très durs d'Elon Musk envers les annonceurs qui ont quitté la plateforme
Rémy Cointreau a un fort potentiel en Bourse malgré les craintes sur les ventes de cognac
Auchan et Intermarché ont fait une offre pour reprendre les magasins Casino
Intelligence artificielle: ces alternatives méconnues, et parfois gratuites, à ChatGPT
Habitat : l'enseigne de meubles a demandé son placement en redressement judiciaire