La bourse ferme dans 4 h 5 min
  • CAC 40

    5 710,50
    -51,84 (-0,90 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 296,02
    -22,18 (-0,67 %)
     
  • Dow Jones

    28 725,51
    -500,09 (-1,71 %)
     
  • EUR/USD

    0,9766
    -0,0035 (-0,36 %)
     
  • Gold future

    1 672,80
    +0,80 (+0,05 %)
     
  • BTC-EUR

    19 671,36
    -98,85 (-0,50 %)
     
  • CMC Crypto 200

    436,91
    -6,52 (-1,47 %)
     
  • Pétrole WTI

    82,90
    +3,41 (+4,29 %)
     
  • DAX

    12 046,78
    -67,58 (-0,56 %)
     
  • FTSE 100

    6 852,46
    -41,35 (-0,60 %)
     
  • Nasdaq

    10 575,62
    -161,88 (-1,51 %)
     
  • S&P 500

    3 585,62
    -54,85 (-1,51 %)
     
  • Nikkei 225

    26 215,79
    +278,58 (+1,07 %)
     
  • HANG SENG

    17 079,51
    -143,32 (-0,83 %)
     
  • GBP/USD

    1,1188
    +0,0021 (+0,19 %)
     

Pétrole : un prix du baril en hausse, porté par la diminution des stocks de brut américain

Les prix du pétrole ont terminé en hausse mercredi 17 août, après une baisse importante et inattendue des stocks commerciaux de pétrole brut américain. Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en octobre a gagné 1,41 % à 93,65 dollars. Le baril de West Texas Intermediate (WTI) américain pour livraison en septembre a pris quant à lui 1,82 % à 88,11 dollars. Si l'or noir reprenait de la vigueur, il restait à un bas niveau, le Brent ayant atteint plus tôt en séance 91,51 dollars, un niveau plus vu depuis mi-février, avant l'invasion de l'Ukraine. La veille, le WTI avait sombré à 85,73 dollars, au plus bas depuis fin janvier.

Alors que les cours de l'or noir ont été déprimés par les craintes de récession, du fait d'indicateurs peu encourageants en Europe et en Asie pesant sur la demande de brut, ils se sont redressés avec l'état des réserves américaines qui ont fortement chuté. Durant la semaine achevée le 12 août, les stocks de brut ont fondu de 7,1 millions de barils à 425 millions et celles d'essences ont décru de 4,6 millions de barils. "Les stocks de brut sont tombés à 6 % en dessous de leur moyenne sur cinq ans à cette époque et ceux d'essence sont de 8 % inférieurs, ce qui peut soulever des inquiétudes alors qu'on approche de l'hiver", a estimé Phil Flynn, de Price Futures Group.

Ces inquiétudes, dans un contexte d'offre tendue, étaient favorables à la demande, donc à la montée des prix. Les prévisions moyennes des analystes tablaient sur une petite augmentation des (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Netflix : l'option qui pourrait disparaître si vous optez pour son futur abonnement à prix réduit
Turquie : la banque centrale sabre le taux d'intérêt malgré l'inflation, la livre plonge
Rock-en-Seine : dans les coulisses de la préparation du festival
Le pétrole sur le fil du rasoir, l’Iran pourrait faire son retour : le conseil Bourse
Luc Lallemand, PDG de SNCF Réseau : “Pour faire rouler 15.000 trains par jour, on ne peut pas décider seul”