La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 703,22
    -80,67 (-1,39 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 636,44
    -48,84 (-1,33 %)
     
  • Dow Jones

    30 932,37
    -469,64 (-1,50 %)
     
  • EUR/USD

    1,2088
    -0,0099 (-0,81 %)
     
  • Gold future

    1 733,00
    -42,40 (-2,39 %)
     
  • BTC-EUR

    36 961,51
    -2 600,88 (-6,57 %)
     
  • CMC Crypto 200

    912,88
    -20,25 (-2,17 %)
     
  • Pétrole WTI

    61,66
    -1,87 (-2,94 %)
     
  • DAX

    13 786,29
    -93,04 (-0,67 %)
     
  • FTSE 100

    6 483,43
    -168,53 (-2,53 %)
     
  • Nasdaq

    13 192,35
    +72,92 (+0,56 %)
     
  • S&P 500

    3 811,15
    -18,19 (-0,48 %)
     
  • Nikkei 225

    28 966,01
    -1 202,26 (-3,99 %)
     
  • HANG SENG

    28 980,21
    -1 093,96 (-3,64 %)
     
  • GBP/USD

    1,3922
    -0,0091 (-0,65 %)
     

Ovnis : tout les documents déclassifiés par la CIA sont là

Nathalie Mayer, Journaliste
·2 min de lecture

Les extraterrestres sont-ils (déjà) parmi nous ? Certains se posent la question. Et peut-être trouveront-ils des réponses dans les documents déclassifiés par la CIA et désormais librement disponibles au téléchargement. Grâce à l’acharnement, à la patience et au travail de John Greenewald Jr., l’ufologue qui alimente le site The Black Vault, ce sont donc plus de 2.700 nouvelles pages qui deviennent consultables. Et qui s’ajoutent aux plus de 2,2 millions de documents déjà regroupés sur le site.

Ces pages relatent des dizaines d’incidents. Un mystérieux « quelque chose » concernant un ovni — pour objet volant non identifié — remis en main propre au sous-directeur adjoint de la science et des technologies à la CIA dans les années 1970. Un réfugié bosniaque qui raconte une rencontre du troisième type. Ou encore de mystérieuses explosions en pleine nuit dans une petite ville russe. Tout y est. C’est du moins ce que prétend la CIA.

Encore des révélations à venir ?

John Greenewald Jr. promet par ailleurs de poursuivre son travail en demandant que soient éclaircies les trop nombreuses parties noircies qui demeurent sur beaucoup de ces documents. D’autant que l’intérêt pour la question semble récemment relancé. Après la déclassification récente de vidéos datant de 2004 et de 2015 (voir plus bas). Mais aussi après une recrudescence des observations rapportées aux États-Unis.

Le tout à quelques semaines d’une nouvelle obligation faite aux responsables du département américain de la Défense et aux agences de renseignement. Le Congrès leur a en effet demandé, fin décembre 2020, de lui soumettre un rapport sur tout...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura