Ouverture Paris : la Fed mercredi soir en ligne de mire...

COURS LIÉS

SymboleCoursVariation
^NDX3 572,50+15,46
RDSB.L2 401,50+1,50
BYN.BE45,000,00
SGM.DU6,0990,000

LA TENDANCE

Après une ouverture positive, le CAC40 (Paris: ^FCHI - actualité) glisse doucement et se retrouve en territoire négatif peu avant 9h30. L'indice parisien parvient toutefois à se maintenir au-dessus des 3.600 points... Les craintes affichées hier par les investisseurs à propos de l'Italie semblent se dissiper et l'optimisme sur la situation budgétaire américaine est plus ou moins de mise... Au final, de nombreux observateurs pensent que les indices européens et parmi eux, le CAC40, devraient poursuivre un rally haussier en cette période de fin d'année. Concernant l'Italie, Mario Monti s'est efforcé hier soir de rassurer les marchés dans le but de préserver la stabilité sur les taux des pays européens en difficulté. Les yeux des opérateurs sont désormais rivés vers le discours de la Réserve fédérale américaine mercredi soir.

WALL STREET

Le marché américain a peu varié hier, en hausse prudente sur fond de débats sur le plafond de la dette, en attendant la Fed. La Banque centrale américaine tient ce jour et demain sa réunion de politique monétaire, à l'issue de laquelle les opérateurs espèrent de nouvelles annonces concernant des rachats obligataires de titres du Trésor. La Banque s'était engagée en septembre à poursuivre ses actions accommodantes et non conventionnelles de rachats d'obligations, jusqu'à ce que le marché du travail s'améliore significativement. Malgré les derniers chiffres plutôt solides de l'emploi aux États-Unis, la poursuite des assouplissements quantitatifs semble très probable... Le DJIA gagnait 0,11% ce soir à 13.170 pts, tandis que le Nasdaq (Nasdaq: ^NDX - actualité) prenait 0,30% à 2.987 pts en clôture.

ECO ET DEVISES

Le sondage ZEW de décembre en Allemagne est attendu à 11h00 (consensus -12). Aux Etats-Unis, la balance commerciale d'octobre. (14h30 : consensus -42,7 milliards de dollars) précédera les stocks des grossistes du même mois (16h00 : consensus +0,4%). Ce matin à 7h30, l'INSEE a publié, sans surprise, de mauvais chiffres pour l'emploi salarié au 3ème trimestre en France.

Sur le marché des changes, il faut 1,2949 dollar pour 1 euro. Le baril de Brent se négocie 107,24$ et son homologue WTI à 85,62$ (échéance janvier). L'once d'or s'affiche à 1.709$ (-0,21%).

VALEURS EN HAUSSE

* Pernod Ricard (Dusseldorf: 508063.DU - actualité) (+0,90% à 89,27 Euros) : le groupe britannique de spiritueux Diageo (Xetra: 851247 - actualité) , alter ego de Pernod Ricard, a mis fin à ses discussions avec JB Compania et Lanceros concernant le futur de la marque de tequila Cuervo. Les parties vont désormais oeuvrer à l'achèvement en bon ordre de l'accord de distribution, qui se terminera le 30 juin prochain. Les dirigeants de Diageo assurent que la rupture des relations a été décidée par consentement mutuel, en précisant que les bases de discussions ne permettaient pas de garantir de la création de valeur pour les actionnaires de l'entreprise.

* Suez Environnement (+4,60% à 8,71 Euros) : en vive hausse après le relèvement de la recommandation d'Exane BNP Paribas à "surperformance".

STMicroelectronics (Dusseldorf: SGM.DU - actualité) (+0,20% à 5,23 Euros) : grimpe encore ce mardi, après avoir annoncé qu'il sortira, l'année prochaine, du capital de sa co-entreprise ST Ericsson qui grève lourdement ses comptes depuis plusieurs trimestres...

VALEURS EN BAISSE

* Rubis (Berlin: BYN.BE - actualité) (-0,20% à 48,82 Euros) : le groupe est en négociation avancée avec Blue Equity pour le rachat de son activité de distribution de carburants et fiouls en Jamaïque, opérée à travers la société TAG. La société The Antilles Group Limited (TAG) approvisionne un réseau de 53 stations-service aux couleurs Shell (London: RDSB.L - actualité) , actionnaire historique, et bénéficie d'un solide portefeuille clients dans le secteur industriel. Au total, la société distribue environ 270.000 m3 de produits pétroliers et détient une position de leader sur l'île avec une part de marché de l'ordre de 30%. Ce projet d'acquisition viendrait idéalement accroître et compléter les positions existantes de Rubis dans la zone Caraïbes et génèrerait, en conséquence, des synergies notamment en matière d'approvisionnement.