La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 143,00
    -58,14 (-0,81 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 272,19
    -43,71 (-1,01 %)
     
  • Dow Jones

    35 911,81
    -201,79 (-0,56 %)
     
  • EUR/USD

    1,1416
    -0,0044 (-0,39 %)
     
  • Gold future

    1 817,30
    -4,10 (-0,23 %)
     
  • BTC-EUR

    37 634,87
    -670,18 (-1,75 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 037,76
    +12,03 (+1,17 %)
     
  • Pétrole WTI

    84,27
    +2,15 (+2,62 %)
     
  • DAX

    15 883,24
    -148,36 (-0,93 %)
     
  • FTSE 100

    7 542,95
    -20,90 (-0,28 %)
     
  • Nasdaq

    14 893,75
    +86,95 (+0,59 %)
     
  • S&P 500

    4 662,85
    +3,82 (+0,08 %)
     
  • Nikkei 225

    28 124,28
    -364,82 (-1,28 %)
     
  • HANG SENG

    24 383,32
    -46,48 (-0,19 %)
     
  • GBP/USD

    1,3680
    -0,0030 (-0,22 %)
     

Ouverture à la concurrence : nous étions au départ du premier train "Trenitalia" à Paris

·2 min de lecture

Paris-Lyon-Milan avec le TGV "Freccia Rossa" de Trenitalia, c’est parti ! Ce samedi 18 décembre, le premier train de la concurrence sur les lignes à grande vitesse a embarqué ses passagers en gare de Lyon à Paris. Le rival de la SNCF promet confort, ponctualité et prix serrés. Reportage.

Malgré l’horaire de départ matinal -7H26 - il y a foule ce samedi 18 décembre devant le quai C du Hall 1 de la gare de Lyon à Paris. C’est le jour des grands départs des vacances de Noël mais aussi celui du lancement du TGV italien "Freccia Rossa", la "flèche rouge" de Trenitalia qui vient titiller la SNCF sur sa ligne la plus rentable entre Paris et Lyon-Pardieu, avant de poursuivre vers Chambéry, Modane, Turin et Milan, son terminus.

La compagnie publique transalpine aura attendu jusqu’à la dernière minute pour dévoiler la date exacte de son arrivée en France et l’ouverture des ventes - lundi dernier ! - mais nous y voilà. Elle démarre d’ailleurs à petite dose : avec seulement deux allers-retours par jour à 7h26 et 15H16, là où la SNCF aligne 22 liaisons en TGV Inoui et 2 en low cost Ouigo. L'offre devrait cependant passer à trois allers-retours supplémentaires à partir de "début 2022", promet Roberto Rinaudo, le directeur général en charge de la France et présent ce matin.

De nombreux cadres de la compagnie italienne sont d’ailleurs venus faire le voyage inaugural, en présence des médias français. A quai, le personnel de Gares et Connexion est également sur le pied de guerre. A part quelques détails techniques, comme le logo de Trenitalia, trop long pour s'insérer dans le tableau digital d’affichage des départs, "tout se passe bien", souffle Marlène Dolveck, la directrice générale de la SA du groupe SNCF, aux premières loges de la libéralisation du rail.

"C'est une bonne chose que la concurrence arrive"

Venue se placer aux côtés d’un TGV Ouigo, la rame à la livrée rouge écarlate attire évidemment l’œil. "Regardez, c’est le nouveau train italien !", s’exclame un passager. Devant les agents de contrôle au look élégant de steward aériens, les passagers se pressent. "C’est une bonne chose que la concurrence arrive, explique Nabile, un jeune cadre qui fait régulièrement l’aller-retour entre Paris et Lyon. J’ai trouvé un billet à 49 euros, pour un aller simple contr[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles