La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 568,82
    +87,23 (+1,35 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 109,10
    +50,05 (+1,23 %)
     
  • Dow Jones

    35 061,55
    +238,20 (+0,68 %)
     
  • EUR/USD

    1,1770
    -0,0003 (-0,02 %)
     
  • Gold future

    1 802,10
    -3,30 (-0,18 %)
     
  • BTC-EUR

    29 153,37
    +278,46 (+0,96 %)
     
  • CMC Crypto 200

    786,33
    -7,40 (-0,93 %)
     
  • Pétrole WTI

    72,17
    +0,26 (+0,36 %)
     
  • DAX

    15 669,29
    +154,75 (+1,00 %)
     
  • FTSE 100

    7 027,58
    +59,28 (+0,85 %)
     
  • Nasdaq

    14 836,99
    +152,39 (+1,04 %)
     
  • S&P 500

    4 411,79
    +44,31 (+1,01 %)
     
  • Nikkei 225

    27 548,00
    +159,80 (+0,58 %)
     
  • HANG SENG

    27 321,98
    -401,86 (-1,45 %)
     
  • GBP/USD

    1,3754
    -0,0013 (-0,10 %)
     

En Ouganda, libération de proches de l'opposant Bobi Wine

·1 min de lecture

En Ouganda, 18 militants du parti de Bobi Wine, dont trois très proches de l'opposant, ont été libérés sous caution ce lundi 14 juin, après près de six mois passés en prison. Arrêtés pendant la campagne électorale en décembre dernier, l’opposition et de nombreuses associations de défense des droits humains appelaient à leur libération.

Avec notre correspondante en Ouganda,Lucie Mouillaud

Bobi Wine a accueilli au siège de son parti les dix-huit militants libérés sous caution ce lundi. Parmi eux, Dan Magic, producteur du chanteur devenu opposant, Nubian Li, artiste connu pour son engagement, et Eddie Mutwe, garde du corps personnel de Bobi Wine.

Les militants avaient été arrêtés le 30 décembre dernier pendant un meeting très mouvementé, durant lequel l’opposant avait été héliporté par les forces de l’ordre jusqu’à son domicile. Poursuivis dans un premier temps pour non-respect des restrictions liées à la pandémie de Covid-19, ils ont ensuite été transférés devant la cour militaire en janvier pour détention illégale de munitions. Bobi Wine s’est félicité de cette libération sous caution, en remerciant les Ougandais qui se sont mobilisés contre leur incarcération.

De nombreux membres de l’opposition avaient été interpellés pendant la période électorale : le ministère de l’Intérieur avait reconnu en avril, devant le Parlement, avoir arrêté plus de 1 000 personnes pendant la campagne et les élections de janvier dernier.

► À lire aussi : Covid-19: en Ouganda, la campagne électorale perturbée par la pandémie

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles