La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 553,86
    +9,19 (+0,14 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 776,81
    +19,76 (+0,53 %)
     
  • Dow Jones

    33 761,05
    +424,38 (+1,27 %)
     
  • EUR/USD

    1,0257
    -0,0068 (-0,66 %)
     
  • Gold future

    1 818,90
    +11,70 (+0,65 %)
     
  • BTC-EUR

    23 958,19
    -271,81 (-1,12 %)
     
  • CMC Crypto 200

    574,64
    +3,36 (+0,59 %)
     
  • Pétrole WTI

    91,88
    -2,46 (-2,61 %)
     
  • DAX

    13 795,85
    +101,34 (+0,74 %)
     
  • FTSE 100

    7 500,89
    +34,98 (+0,47 %)
     
  • Nasdaq

    13 047,19
    +267,27 (+2,09 %)
     
  • S&P 500

    4 280,15
    +72,88 (+1,73 %)
     
  • Nikkei 225

    28 546,98
    +727,65 (+2,62 %)
     
  • HANG SENG

    20 175,62
    +93,19 (+0,46 %)
     
  • GBP/USD

    1,2139
    -0,0064 (-0,52 %)
     

Othman Nasrou : "c’est l’Etat, avec sa dépense publique excessive, qui pèse sur le pouvoir d’achat"

L’ex porte-parole de Valérie Pécresse a déjà tourné la page. Trois mois après la gifle de la présidentielle, Othman Nasrou (35 ans), vice-président de la région Ile-de-France, mûrit son projet de se porter candidat au congrès des Républicains. Moins connu qu’Eric Ciotti ou Aurélien Pradié, ce diplômé de HEC ne manque toutefois pas d’atouts pour faire valoir son éventuelle candidature, dont celui de la précocité. En 2017, il avait été élu président du groupe majoritaire à la région Ile-de-France (80 élus), à seulement 29 ans.

Capital : Othman Nasrou, êtes-vous candidat à la présidence des Républicains ?

Othman Nasrou : Ma décision définitive n’est pas encore prise, mais j’y pense de plus en plus, au fur et à mesure que j’échange avec nos parlementaires, nos élus et nos adhérents. Je ne me résous pas à ce que la droite soit prise en étau entre l’immobilisme d’Emmanuel Macron et la démagogie des extrêmes. Pour desserrer cet étau, la droite doit se refonder profondément. Sur la ligne économique, où nous sommes parfois en position de soumission intellectuelle face à la gauche, il faut assumer une volonté de baisser la dépense publique qui a tellement augmenté depuis 10 ans, et de remettre l’Etat à sa juste place, c’est-à-dire un Etat concentré sur ses missions régaliennes et qui se montre sobre dans sa gestion, pour redonner du vrai pouvoir d’achat aux Français.

A ce titre, nous entrons dans un quinquennat de clarification. Avec, d’un côté, Emmanuel Macron qui met la France sous perfusion (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Le FMI se dit prêt à aider le Bangladesh en pleine crise financière
La loi pouvoir d’achat définitivement adoptée par le Parlement : ce qu’elle va changer pour vous
Airbus : l’avionneur met fin à son contrat avec Qatar Airways
Les mesures phares de la loi pouvoir d’achat, les taux de crédit grimpent encore… Le flash éco du jour
Remise carburant, bouclier tarifaire sur l'énergie... Le Sénat adopte le second volet des mesures en soutien au pouvoir d'achat

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles