La bourse est fermée
  • Dow Jones

    34 612,22
    +128,50 (+0,37 %)
     
  • Nasdaq

    15 570,30
    +32,61 (+0,21 %)
     
  • Nikkei 225

    27 935,62
    +113,86 (+0,41 %)
     
  • EUR/USD

    1,1329
    -0,0010 (-0,09 %)
     
  • HANG SENG

    23 658,92
    +183,66 (+0,78 %)
     
  • BTC-EUR

    51 053,23
    -29,86 (-0,06 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 476,51
    +7,43 (+0,51 %)
     
  • S&P 500

    4 598,56
    +31,56 (+0,69 %)
     

Otan: les ministres de la Défense réunis pour trouver une autre voie à l’Alliance Atlantique

·2 min de lecture

Après l’affaire des sous-marins et surtout l'Afghanistan, l’Otan se cherche une nouvelle voie. Les trente ministres de la Défense de l’Alliance atlantique sont réunis ces jeudi et vendredi au siège de l’Otan à Bruxelles avec à l’horizon lointain leur nouveau « concept stratégique ».

Avec notre correspondant à Bruxelles, Pierre Benazet

L’Otan se cherche, mais les États-Unis, pierre angulaire de l’alliance, ont réussi à placer tout le monde en porte-à-faux avec le retrait d’Afghanistan, mais aussi dans une moindre mesure avec leur alliance AUKUS et l’affaire des sous-marins.

Pendant quarante ans, la raison d’être de l’Otan a été l’URSS, ensuite les Balkans et depuis vingt ans, c’était l’Afghanistan. L’Alliance atlantique se retrouve maintenant comme au début des années 1990 avec la nécessité d’identifier une mission précise et ce sera en partie l’objet du nouveau « concept stratégique » qui doit être adopté fin juin lors d’un sommet à Madrid.

Il va d’abord lui falloir dépasser deux évènements : d’une part l’alliance négociée en catimini entre les États-Unis, le Royaume-Uni et Australie, d’autre part le retrait américain d’Afghanistan. Même si l’affaire des sous-marins concerne surtout la France, c’est pour les pays européens au sein de l’Otan une nouvelle manifestation de ce que les États-Unis font passer leurs intérêts immédiats avant tout, sans consulter leurs alliés comme ils l’ont fait pour l’Afghanistan.

Les États-Unis doivent convaincre les européens

Le retrait militaire d'Afghanistan a été précipité par une décision nationale américaine, directement héritée de Donald Trump, alors que les alliés croyaient cette période révolue. Il va falloir ce jeudi au ministre américain de la Défense, Lloyd Austin, convaincre ses partenaires européens que Joe Biden est fermement résolu à honorer ses engagements de raffermir le lien transatlantique.

Les alliés sont disposés à le croire, mais ils ont besoin d’assurances expresses des États-Unis pour passer à la suite. Les épisodes des dix derniers jours avec l’expulsion de diplomates russes par l’Otan, puis la décision du Kremlin de fermer en rétorsion sa mission auprès de l’Alliance atlantique, indiquent clairement que la défense face à la Russie est redevenue une priorité de l’Otan.

Il n’est en revanche pas certain que les demandes américaines pour que la Chine soit ajoutée au rang des menaces déboucheront sur des mesures tangibles.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles