La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 609,15
    +34,79 (+0,62 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 539,27
    +22,17 (+0,63 %)
     
  • Dow Jones

    30 218,26
    +248,74 (+0,83 %)
     
  • EUR/USD

    1,2127
    -0,0022 (-0,18 %)
     
  • Gold future

    1 842,00
    +0,90 (+0,05 %)
     
  • BTC-EUR

    15 760,56
    +31,81 (+0,20 %)
     
  • CMC Crypto 200

    365,19
    -14,05 (-3,71 %)
     
  • Pétrole WTI

    46,09
    +0,45 (+0,99 %)
     
  • DAX

    13 298,96
    +46,10 (+0,35 %)
     
  • FTSE 100

    6 550,23
    +59,96 (+0,92 %)
     
  • Nasdaq

    12 464,23
    +87,05 (+0,70 %)
     
  • S&P 500

    3 699,12
    +32,40 (+0,88 %)
     
  • Nikkei 225

    26 751,24
    -58,13 (-0,22 %)
     
  • HANG SENG

    26 835,92
    +107,42 (+0,40 %)
     
  • GBP/USD

    1,3438
    -0,0015 (-0,11 %)
     

Il organise des pique-niques géants avec de la nourriture trouvée dans les poubelles... Rob Greenfield, l'Américain qui veut sauver la planète

France 2

Il y a trois ans, Rob Greenfield s'est fait connaître avec une vidéo étonnante : "Trash me" ("Jetez-moi"). Cet homme de 32 ans marchait dans les rues ou le métro de New York en portant des déchets sur lui, dans de grandes poches en plastique transparent fixées sur le torse, les bras, les jambes : tous les déchets générés par un Américain moyen pendant un mois. "Les déchets, on ne les voit jamais, on n'y pense jamais. On jette tout dans une poubelle et on n'y pense plus. Et moi, je veux savoir de quoi j'aurais l'air si je porte tous les déchets que je crée pendant un mois", expliquait-il dans sa vidéo.

Deux kilos de déchets par jour et par personne, un chiffre dont Rob a fait une image forte. Dans notre monde "très centré sur l'image", dit-il, où "les gens ont tendance à comprendre les messages lorsqu'ils sont visuels", "j'ai vu que les gens soudain comprenaient", raconte-t-il aujourd'hui.

Plonger dans les poubelles des Américains

Dans le même esprit, Rob a voulu dénoncer le gaspillage alimentaire, immense aux Etats-Unis. "On jette la moitié de ce qu'on l'on produit. Or un Américain sur sept ne mange pas à sa faim. Alors que la réalité, c'est que nous avons assez pour nourrir deux fois la population américaine." Pour le prouver, il est allé plonger pendant des mois dans les poubelles des grandes villes. Et il en (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi