Marchés français ouverture 5 h 59 min
  • Dow Jones

    35 457,31
    +198,70 (+0,56 %)
     
  • Nasdaq

    15 129,09
    +107,28 (+0,71 %)
     
  • Nikkei 225

    29 453,67
    +238,15 (+0,82 %)
     
  • EUR/USD

    1,1637
    0,0000 (-0,00 %)
     
  • HANG SENG

    25 787,21
    +377,46 (+1,49 %)
     
  • BTC-EUR

    55 097,32
    +1 538,80 (+2,87 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 485,13
    +21,77 (+1,49 %)
     
  • S&P 500

    4 519,63
    +33,17 (+0,74 %)
     

Orca, le méga projet de captage de CO2 en Islande

·2 min de lecture

Éliminer le CO2 dans l’air en le stockant dans les roches? C’est l’idée de la start-up Climeworks, qui vient de lancer en Islande Orca, la plus grande usine de captage direct. A elle seule, elle devrait capter 4.000 tonnes de CO2 chaque année.

Aspirer le CO2, cette toute petite molécule citée comme ennemi n°1 du climat, directement dans l'atmosphère, ne relève plus de la science-fiction. En septembre, l’entreprise suisse Climeworks a lancé à Hellisheidi, en Islande, la plus grande usine de captage et de stockage de , appelée “Orca” (de “Orka”, qui signifie énergie en islandais). A elle seule, l’installation devrait capter 4.000 tonnes de chaque année, soit l’équivalent des émissions annuelles de 200 à 300 personnes en Suisse selon Bloomberg.

Une lueur d’espoir pour notre planète, alors que a rappelé cet été l’urgence à réduire “profondément” les émissions de gaz à effet de serre pour ralentir le réchauffement climatique. Est-elle une réponse suffisante pour atteindre la neutralité carbone? “Ce sera un test intéressant”, répond David Morrow, directeur de recherche à l'Institute for Carbon Removal, lors d’un sommet organisé ce mois-ci par l’entreprise.

Le CO2 retiré de l’atmosphère de manière permanente

L’usine, née de la rencontre entre l’entreprise suisse Climeworks et le projet islandais Carbfix, pionnier en matière de stockage de carbone, utilise une technique appelée captage direct de (DAC). Elle est équipée de douze ventilateurs qui aspirent l’air. Le dioxyde de carbone est ensuite filtré, chauffé à environ 100 degrés Celsius pour être séparé de l’air pur et récupéré sous forme ultra concentrée. Mélangé à de l’eau, il est injecté à environ 700 mètres de profondeur et se transforme en pierre blanche au contact du basalte (une roche volcanique). C’est ainsi que le CO2 est retiré de l'atmosphère de manière permanente.

La technique est déjà utilisée par Climeworks dans 14 autres sites industriels, mais pour gazéifier des boissons. Au lieu d’être stocké sous terre, le CO2 y est récupéré sous forme très concentrée [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles