La bourse est fermée

Orange lance une nouvelle box, plus rapide

latribune.fr

Elle était attendue. L'opérateur télécoms Orange a présenté mercredi sa nouvelle Livebox 5, qui intégrera une augmentation des débits, une amélioration des performances wifi et se veut pensée en fonction de son impact écologique, avec une coque fabriquée en plastique 100% recyclé. Cette box se veut "adaptée aux besoins de nos abonnés", selon la directrice générale d'Orange France, Fabienne Dulac. Elle n'intègre ni assistant vocal embarqué ni la nouvelle norme de wifi, le Wifi 6, "disponible sur moins de 1% des appareils en France, ce sera à peine 4% fin 2020", a justifié la dirigeante.

Lire aussi : Mobile : Orange se félicite de l'accalmie dans la guerre des prix

La nouvelle box voit son débit maximal porté à 2 Gigabits par seconde pour suivre l'augmentation de la capacité du réseau - notamment avec le déploiement de la fibre - et du nombre de terminaux connectés simultanément dans les foyers. Autre nouveauté: la box choisira d'elle-même les meilleurs canaux wifi pour éviter les perturbations créées par d'autres appareils.

Meilleures performances écologiques

Mais Orange a principalement axé la présentation de sa box sur ses performances écologiques: coque en plastique recyclé, 29% d'empreinte carbone en moins, 17% de baisse de sa consommation, moins de composants et des réparations plus faciles.

"Nous travaillons avec tous nos partenaires, tant en amont qu'en aval, sur la conception de la box, sa réalisation et la collecte des box usagées. Nous avons trouvé un fabricant de plastique 100% recyclé en Autriche, il n'y en avait malheureusement pas en France", a insisté Mme Dulac. La Livebox 5 sera disponible le 10 octobre pour les abonnés Livebox Up Fibre, à partir de 30,99 euros sur les 12 premiers mois, et Packs Open Up Fibre à partir de 28,99 euros par mois sur

(...) Lire la suite sur La Tribune.fr


Née chez Orange, la Fintech Bizao s’attaque aux paiements mobiles en Afrique
Free passe à l’offensive contre Orange au Sénégal
Entre Orange et l’Arcep, une fragile paix des braves