La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 233,94
    +67,67 (+0,94 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 257,98
    +16,86 (+0,40 %)
     
  • Dow Jones

    33 926,01
    -127,93 (-0,38 %)
     
  • EUR/USD

    1,0798
    -0,0113 (-1,04 %)
     
  • Gold future

    1 877,70
    -53,10 (-2,75 %)
     
  • BTC-EUR

    21 592,62
    -160,02 (-0,74 %)
     
  • CMC Crypto 200

    535,42
    -1,43 (-0,27 %)
     
  • Pétrole WTI

    73,23
    -2,65 (-3,49 %)
     
  • DAX

    15 476,43
    -32,76 (-0,21 %)
     
  • FTSE 100

    7 901,80
    +81,64 (+1,04 %)
     
  • Nasdaq

    12 006,96
    -193,86 (-1,59 %)
     
  • S&P 500

    4 136,48
    -43,28 (-1,04 %)
     
  • Nikkei 225

    27 509,46
    +107,41 (+0,39 %)
     
  • HANG SENG

    21 660,47
    -297,89 (-1,36 %)
     
  • GBP/USD

    1,2056
    -0,0173 (-1,41 %)
     

Orange Bank: trois banques françaises et un fonds américain placent leurs pions

Photos : Romain Gaillard/Rea, HBO/OCS, Pascal Sittler/Rea

Les banques BNP Paribas, Société générale, Crédit agricole et le fonds d’investissement Cerberus ont mandaté des banques d’affaires pour négocier le rachat de la banque en ligne d'Orange.

Les positions se précisent. Depuis la mi-janvier, les trois grandes banques de la place de Paris - BNP Paribas, Société générale et le Crédit agricole - ont commencé à examiner le dossier d’Orange Bank, mis en vente par sa maison-mère, l’opérateur des télécoms Orange.

BNP Paribas est conseillé par sa banque d’affaires, la Société générale par la banque d’affaires américaine JP Morgan. Les mutualistes - Crédit Mutuel, Crédit Mutuel Arkea, et BPCE ont passé leur tour.

Lire aussiOCS (divertissements), OBS (services aux entreprises), Orange Bank : Les boulets d’Orange

Le fonds d’investissement américain Cerberus, conseillé par une banque d’affaires américaine, est lui aussi dans les starting blocks. La première remise des offres est attendue le 8 mars.

Les trois premières banques françaises sur le dossier

Orange, via l’influente banque d’affaires franco-américaine Lazard, a approché les grands financiers de la place, des groupes cotés aux mutualistes en passant par les sociétés d’investissement. La nouvelle dirigeante du groupe, Christel Heydemann, semble déterminée à se défaire de la banque en ligne, qui fut le projet de coeur de son prédécesseur, l’ancien directeur-général devenu banquier d’affaires Stéphane Richard.

Orange Bank est une entité singulière. Éloignée du core business de l’ex France Télécoms, la banque en ligne était initialement Groupama Bank, une banque en ligne développée par l'assureur et rachetée en plusieurs étapes par Orange à partir de 2017.

Lire aussiVente d’OCS et d’Orange Studio, la belle affaire pour Canal+ ?

La banque en ligne a fondé son mode d'acquisition de clients via son réseau de boutiques Orange, accompagnant souvent l'achat d'un téléphone. En 2021, trois quarts des clients ont ainsi été signés en boutique.

Un projet qui peine à porter ses fruits

Mais la banque en ligne d’Orange peine encore à porter ses fruits. Elle a perdu près de 880 millions d’euros depuis qu’elle est entrée dans le giron de l’opérateur, et a été recapitalisée p[...]

Lire la suite sur challenges.fr