La bourse ferme dans 4 h 59 min
  • CAC 40

    7 023,74
    +157,96 (+2,30 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 242,60
    +105,49 (+2,55 %)
     
  • Dow Jones

    35 227,03
    +646,95 (+1,87 %)
     
  • EUR/USD

    1,1265
    -0,0022 (-0,19 %)
     
  • Gold future

    1 782,30
    +2,80 (+0,16 %)
     
  • BTC-EUR

    45 630,01
    +3 170,73 (+7,47 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 330,51
    +70,35 (+5,58 %)
     
  • Pétrole WTI

    71,57
    +2,08 (+2,99 %)
     
  • DAX

    15 709,68
    +328,89 (+2,14 %)
     
  • FTSE 100

    7 321,91
    +89,63 (+1,24 %)
     
  • Nasdaq

    15 225,15
    +139,68 (+0,93 %)
     
  • S&P 500

    4 591,67
    +53,24 (+1,17 %)
     
  • Nikkei 225

    28 455,60
    +528,23 (+1,89 %)
     
  • HANG SENG

    23 983,66
    +634,28 (+2,72 %)
     
  • GBP/USD

    1,3255
    -0,0005 (-0,04 %)
     

Orange: "abasourdi" par la condamnation de Richard, le principal syndicat appelle à "une passation de pouvoir sereine"

·2 min de lecture

Condamné par la cour d'appel dans la procès Tapie, le PDG d'Orange Stéphane Richard compte présenter sa démission au conseil d'administration qui démarrait mercredi à 18 heures, mais il pourrait achever son mandat à titre intérimaire. Un scénario qui répond aux voeux du syndicat majoritaire CFE-CGC, favorable à "une passation de pouvoir sereine": ni débarquement soudain ni "quatrième mandat" en mai.

"Le personnel est abasourdi et nous souhaitons une passation sereine au bénéfice de l'entreprise", déclare à Challenges Sébastien Crozier, président CFE-CGE Orange, le syndicat majoritaire représentant les salariés de l'opérateur historique. Alors que ce syndicat avait très longtemps soutenu Stéphane Richard, qui fut l'artisan de la paix sociale chez Orange, ce changement de pied pourrait peser dans les décisions qui seront prises ce mercredi 24 novembre. pour décider du sort de Stéphane Richard. Celui-ci à une peine d'un an de prison avec sursis et à 50.000 euros d'amende dans l'affaire de l'arbitrage controversé de 2008 entre Bernard Tapie et le Crédit Lyonnais, alors qu'il était directeur de cabinet de la ministre de l'Economie Christine Lagarde.

Le PDG d'Orange, va présenter sa démission mercredi au conseil d'administration de l'opérateur télécoms réuni après sa condamnation dans l'affaire de l'arbitrage entre Bernard Tapie et le Crédit lyonnais, selon Reuters. Il pourrait néanmoins conserver ses fonctions à titre intérimaire.

A peine la décision de justice annoncée, Stéphane Richard a déclaré qu'il allait se pourvoir en cassation: "Les accusations de complicité de détournement de fonds publics sont sans aucun fondement et ne sont basées sur aucune preuve. Je les rejette totalement et je vais me pourvoir en cassation". La décision de maintenir ou non Stéphane Richard à son poste de PDG échoit donc au conseil d'administration. "Je remets mon mandat entre les mains du conseil d'administration d'Orange", a-t-il lui-même déclaré. Les salariés participent au conseil d'administration, où siègent quatre de leurs représentants, dont Sébastien Crozier.

"Pas de bon candidat en interne", estime le syndicaliste

Redoutant de précipiter le groupe dans une crise de gouvernance aiguë, le syndicat ne souhaite pas le départ immédiat de Stéphane Richard. Le groupe doit se donner le temps de préparer la succession et "trouver des candidats qui à date n'existent pas en interne",[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles