Or: l'once plombée par l'éventuelle fin des “QE”.

(CercleFinance.com) - C'est un nouveau point bas annuel - et même de plus de sept mois, en dollars - que le prix du métal jaune a atteint ce matin, après que les ?minutes? du dernier FOMC de la Fed aient ravivé l'éventualité d'une fin anticipée des rachats d'actifs en masse. Au terme du premier fixing du jour sur le marché de référence de Londres, l'once d'or cotait 1.568,5 dollars (- 20 dollars par rapport au fixing d'hier après-midi) et 1.189,3 euros ( + 1,3 euro).

Selon les fixings de Londres, il fallait jusqu'à hier remonter au 15 août 2012, à 1.594,75 dollars, pour retrouver un fixing inférieur à 1.600 dollars. Il faut même remonter jusqu'à 12 juillet de l'année dernière pour retrouver, en billets verts toujours, un fixing inférieur à celui de ce matin.

Dans la monnaie unique européenne, l'once se traite toujours à près de 200 euros de ses records, et elle est maintenant revenue à ses niveaux de fin 2011.

Chez Commerzbank, on souligne que cette baisse est intervenue dans de forts volumes sur les contrats à terme, du côté du marché COMEX de New-York : 'plus de 280.000 contrats sur or ont changé de mains hier', un chiffre supérieur de 67% à la moyenne quotidienne des six derniers mois.

Comme l'indiquent les courtiers de RTFX, ?l'appétit pour le risque s'est amenuisé avec les discussions d'une fin anticipée du QE3. (...) Entre temps, le cours de l'or a touché un plus bas de sept mois alors que les devises liées aux matières premières ont chuté contre leurs principales contreparties.?

En effet, selon compte-rendu (dit ?minutes?) publié hier soir du dernier comité de politique monétaire de la Fed, le FOMC des 29 et 30 janvier, la crainte d'une fin anticipée des ?assouplissements quantitatifs? (QE, c'est-à-dire des rachats massifs d'actifs obligataires) de la Fed a été ravivée.

Certes, ni le président du ?board? Ben Bernanke ni la vice-présidente, Janet Yellen, ne sont favorables à la fin anticipée du QE, mais leur position semble devenir minoritaire.

Selon les courtiers de RTFX, ce matin, ?le dollar américain a progressé à un plus haut de trois mois face à un panier de devises après que les minutes de la dernière réunion du FOMC ont montré que certains membres du comité estimaient que la Fed devait réduire, voire arrêter, son programme de rachat d'actifs même si l'emploi ne redémarrait pas.?

Bref, 'après ces minutes, il n'est plus certain que la banque centrale poursuive durablement ces injections et elle pourrait, dans un premier temps, diminuer rapidement le rythme de ses achats', indique encore Aurel BGC.

En outre, la Banque d'Angleterre, qui elle aussi mène des rachats d'actifs proches de ceux de la Fed, se trouve dans une situation similaire et pourrait y mettre fin, la politique inspirée par le gouverneur Mervyn King étant contestée.

Notons que les rachats d'actifs massifs de la part des banques centrales tendent à en dégrader les bilans, qui constituent la contrepartie de la devise dont elles ont la charge. Si les ?QE? venaient à cesser plus tôt que prévu, la qualité relative des devises par rapport à l'or, valeur refuge dotée d'une valeur intrinsèque, augmenterait.

L'encours des ETF aurifères tel que Bloomberg le compile continue de reculer : il a perdu hier 131.000 onces, ce qui l'a ramené à 83,50 millions d'onces. En rythme quotidien, cette baisse serait la plus forte enregistrée en une journée de ces 18 derniers mois, calcule un intervenant.

D'un point de vue technique, les analystes de ScotiaMocatta indiquent que le dernier dérapage de l'once l'a fait traverser à la baisse la borne basse de son canal de tendance. Un support de long terme, identifié à 1.568, ?devrait céder?. Prochain support à 1.526. A la hausse, résistance juste avant 1.600.


Copyright (c) 2013 CercleFinance.com. Tous droits réservés.