Marchés français ouverture 11 min
  • Dow Jones

    34 798,00
    +33,20 (+0,10 %)
     
  • Nasdaq

    15 047,70
    -4,50 (-0,03 %)
     
  • Nikkei 225

    30 240,06
    -8,75 (-0,03 %)
     
  • EUR/USD

    1,1719
    +0,0001 (+0,01 %)
     
  • HANG SENG

    24 255,18
    +63,02 (+0,26 %)
     
  • BTC-EUR

    37 651,16
    +1 411,18 (+3,89 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 099,73
    -3,33 (-0,30 %)
     
  • S&P 500

    4 455,48
    +6,50 (+0,15 %)
     

Opinion. “Dubaï est synonyme de superficialité et de liberté”

·2 min de lecture

On pense rarement à Dubaï comme à un havre de liberté. Et pourtant, selon un journaliste du Financial Times, la vacuité de la ville permettrait justement aux étrangers (privilégiés) de se réinventer et de se sentir libres. Explications.

Dans les colonnes du Financial Times, le journaliste britannique d’origine indienne Janan Ganesh défend le charme incompris et pourtant important des nouvelles mégalopoles comme Hong Kong, Singapour et surtout Dubaï. Hong Kong, malheureusement, a subi la reprise en main autoritaire de Pékin, tandis que Singapour a été très affecté par la pandémie et a adopté une politique de préférence nationale pour l’emploi.

À lire aussi: Témoignage. “Pour les expats, Dubaï est le lieu de tous les possibles”

Seul Dubaï (bien plus que les autres émirats) semble traverser les crises et s’imposer aux yeux des expats (privilégiés) du monde entier. Rien dans cet émirat ne prête pourtant à rêver, surtout quand on est cosmopolite et attaché à la liberté. Janan Ganesh explique :

Après avoir passé un an à Dubaï, mon ami américain devrait être en colère. Les lois locales interdisent notamment l’homosexualité et les rapports sexuels en dehors du mariage. Une trace de marijuana trouvée dans son sac ou dans son sang peut mener à son arrestation. Ne serait-ce que pour ne pas chasser les étrangers, il y a de la souplesse, ce doux euphémisme pour dire une hypocrisie, mais elle est aussi aléatoire que l’architecture locale.

Mais mon ami américain n’est pas en colère. Pour expliquer son air libéré puis son sentiment d’aisance, il cite la culture, pas la loi.”

Peu de droits, en somme, mais aussi peu de pression pour s’identifier à telle ou telle communauté. L’éphémère, le mouvant, l’indéfini sont la règle. La vacuité de ce lieu avec si peu d’histoire, si peu d’identité, peut être émancipatrice. “Quelques-unes de choses les plus précieuses de la vie sont interdites. Mais l’occasion de

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles