La bourse ferme dans 5 h 11 min
  • CAC 40

    5 975,65
    +181,50 (+3,13 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 448,23
    +106,06 (+3,17 %)
     
  • Dow Jones

    29 490,89
    +765,38 (+2,66 %)
     
  • EUR/USD

    0,9888
    +0,0061 (+0,62 %)
     
  • Gold future

    1 717,00
    +15,00 (+0,88 %)
     
  • BTC-EUR

    20 143,68
    +629,44 (+3,23 %)
     
  • CMC Crypto 200

    452,67
    +17,32 (+3,98 %)
     
  • Pétrole WTI

    84,25
    +0,62 (+0,74 %)
     
  • DAX

    12 566,60
    +357,12 (+2,92 %)
     
  • FTSE 100

    7 026,49
    +117,73 (+1,70 %)
     
  • Nasdaq

    10 815,43
    +239,82 (+2,27 %)
     
  • S&P 500

    3 678,43
    +92,81 (+2,59 %)
     
  • Nikkei 225

    26 992,21
    +776,42 (+2,96 %)
     
  • HANG SENG

    17 079,51
    -143,32 (-0,83 %)
     
  • GBP/USD

    1,1366
    +0,0046 (+0,41 %)
     

OPA, OPE : la rentrée est active

Les nouveautés

La renationalisation d’EDF devrait être lancée d’ici la fin septembre, selon l’agence Reuters qui cite trois sources au fait du dossier, la finalisation du prix de rachat ayant pris plus de temps que prévu. Pour mémoire, l’État, actionnaire majoritaire d’EDF à hauteur de 84,08%, a l’intention de racheter les titres non détenus, avec pour objectif de retirer la société de la cote.

Dans cette perspective, une OPA simplifiée serait lancée au prix de 12 €, faisant ressortir une prime de 53% sur le cours du 5 juillet 2022 (veille du jour de l’annonce par la Première ministre de l’intention de l’Etat de détenir 100% du capital) et une prime de 46% sur la moyenne des 60 dernières séances précédant cette date. Si les conditions requises étaient satisfaites, l’offre serait suivie d’un retrait obligatoire.

La fusion entre TF1 et M6 n’aura pas lieu. En accord avec les autres parties, Bouygues a mis fin au processus d’examen de l’opération devant l’Autorité de la Concurrence. À la suite des débats, « il apparaît que seuls des remèdes structurels concernant a minima la cession de la chaîne TF1 ou de la chaîne M6 seraient de nature à permettre l’autorisation de l’opération », explique le groupe Bouygues.

Les parties ont donc conclu que le projet ne présentait plus aucune logique industrielle. Elles déplorent que l’ampleur et la vitesse des mutations de Cliquez ici pour lire la suite