Marchés français ouverture 8 h 30 min
  • Dow Jones

    31 261,90
    +8,80 (+0,03 %)
     
  • Nasdaq

    11 354,62
    -33,88 (-0,30 %)
     
  • Nikkei 225

    26 739,03
    +336,23 (+1,27 %)
     
  • EUR/USD

    1,0574
    -0,0013 (-0,13 %)
     
  • HANG SENG

    20 717,24
    +596,54 (+2,96 %)
     
  • BTC-EUR

    28 640,33
    +699,63 (+2,50 %)
     
  • CMC Crypto 200

    650,34
    -23,03 (-3,42 %)
     
  • S&P 500

    3 901,36
    +0,57 (+0,01 %)
     

Opérations "sauver le gros chien" et "viande rouge": la contre-offensive de Boris Johnson face au Partygate

·2 min de lecture

Le scandale des fêtes arrosées à la résidence du Premier ministre britannique pendant le confinement, et parfois en sa présence, continue d’alimenter les critiques. Opérations "sauvez le gros chien" et "viande rouge" : face à la fronde, "BoJo" organise sa riposte.

reste sur un fauteuil éjectable. Son acte de contrition humiliant le mercredi 12 janvier dernier devant les députés - et sans le moindre geste "barrière" -qui se sont tenues à la résidence du Premier ministre, au 10 Downing Street pendant le confinement- n’ont pas suffi à calmer les critiques. Pire le rapport de la redoutée Sue Gray, une haute fonctionnaire teigneuse chargée d’enquêter sur cette affaire et attendue d’ici à la fin de cette semaine, pourrait même le contraindre à démissionner. Mais "BoJo" n’entend pas quitter sa niche. Il organise donc sa riposte. Révélée par la presse britannique, cette contre-offensive politique comprendrait deux volets.

Opération "sauvez le gros chien"

Le premier baptisé "Operation Save Big Dog" (opération sauvez le gros chien) aurait pour objectif de . Dit de façon plus hypocrite, Boris Johnson laisserait ses principaux collaborateurs endosser la responsabilité de la crise, dans une démarche comparable à celle tristement célèbre du Premier ministre conservateur Harold Macmillan, qui avait licencié un tiers de son cabinet en 1962 après un sérieux revers électoral, rappelle Tim Shipman dans le Sunday Times. Tandis qu’un député resté anonyme s’indignait dans ce même journal: "Boris se prépare à sacrifier la vie de son personnel pour sauver la sienne. Ce sera la nuit des longs boucs émissaires". Parmi les victimes de cette purge, pourraient figurer Martin Reynolds, le principal secrétaire privé de Johnson, qui a envoyé le malheureux courriel invitant le personnel à "apporter son propre alcool" à une fête organisée en mai 2020 "au n°10".

Le chef de cabinet du Premier ministre, Dan Rosenfield, et "certains membres de l'équipe de communication" seraient -eux- "en sursis", rapportent plusieurs médias britanniques. Le plan de Boris Johnson visant à couper la tête des fonctionnaires "supposés coupables" est en train de "briser le moral" à Whitehall (siège du gouvernement du Royaume-Uni), ont déclaré des hauts responsables de la fonction p[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles