La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 568,82
    +87,23 (+1,35 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 109,10
    +50,05 (+1,23 %)
     
  • Dow Jones

    35 061,55
    +238,20 (+0,68 %)
     
  • EUR/USD

    1,1770
    -0,0003 (-0,02 %)
     
  • Gold future

    1 802,10
    -3,30 (-0,18 %)
     
  • BTC-EUR

    29 168,40
    +294,59 (+1,02 %)
     
  • CMC Crypto 200

    786,33
    -7,40 (-0,93 %)
     
  • Pétrole WTI

    72,17
    +0,26 (+0,36 %)
     
  • DAX

    15 669,29
    +154,75 (+1,00 %)
     
  • FTSE 100

    7 027,58
    +59,28 (+0,85 %)
     
  • Nasdaq

    14 836,99
    +152,39 (+1,04 %)
     
  • S&P 500

    4 411,79
    +44,31 (+1,01 %)
     
  • Nikkei 225

    27 548,00
    +159,80 (+0,58 %)
     
  • HANG SENG

    27 321,98
    -401,86 (-1,45 %)
     
  • GBP/USD

    1,3754
    -0,0013 (-0,10 %)
     

Opérations déprogrammées : un appel aux cliniques privées pour rattraper le retard

·1 min de lecture

Si la situation s'améliore à l'hôpital (avec moins de 1.500 patients en réanimation, au plus bas depuis début octobre), le fonctionnement des services, notamment en chirurgie, reste profondément impacté. Un an et demi après le début de la crise sanitaire, le planning des opérations, dont un certain nombre ont dû être déprogrammées, est toujours très chargé. Les patients concernés doivent attendre de longs mois avant de pouvoir être opérés, pointe l'UFC-Que choisir.

>> Retrouvez la matinale du jour en replay et en podcast ici

"Embouteillage de patients"

Sur la base d'une enquête réalisée auprès de 800 patients, l'association de défense des consommateurs a calculé que sur des opérations annulées en pleine crise sanitaire (entre mars 2020 et mars 2021), 40% n'ont toujours pas eu lieu et près d'un tiers n'ont même pas été reprogrammées, explique Laurianne Le Men, chargée de mission santé à l'UFC-que choisir. "Aujourd'hui, on est vraiment face à un embouteillage de patients, et dans un quart des cas, les usagers ne sont même pas au courant de la date à laquelle leurs prochaines opérations devraient se tenir", explique-t-elle au micro d'Europe 1. "On imagine les conséquences en termes de stress... Normalement, on est tous censés pouvoir accéder aux soins quand on en a besoin."

 L'ESSENTIEL CORONAVIRUS

> Réouverture des terrasses : quel risque de contamination au Covid en extérieur ?

> "J'ai peur..." : le syndrome de la cabane, ou la crainte de reprendre une vie normale

> Co...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles