Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 934,17
    +6,74 (+0,09 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 894,86
    +17,09 (+0,35 %)
     
  • Dow Jones

    39 087,38
    +90,99 (+0,23 %)
     
  • EUR/USD

    1,0839
    +0,0032 (+0,29 %)
     
  • Gold future

    2 091,60
    +36,90 (+1,80 %)
     
  • Bitcoin EUR

    57 121,20
    -523,48 (-0,91 %)
     
  • CMC Crypto 200

    885,54
    0,00 (0,00 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,81
    +1,55 (+1,98 %)
     
  • DAX

    17 735,07
    +56,88 (+0,32 %)
     
  • FTSE 100

    7 682,50
    +52,48 (+0,69 %)
     
  • Nasdaq

    16 274,94
    +183,02 (+1,14 %)
     
  • S&P 500

    5 137,08
    +40,81 (+0,80 %)
     
  • Nikkei 225

    39 910,82
    +744,63 (+1,90 %)
     
  • HANG SENG

    16 589,44
    +78,00 (+0,47 %)
     
  • GBP/USD

    1,2655
    +0,0029 (+0,23 %)
     

Opération escargot dans toute la France : ce que réclament les infirmiers libéraux

Pixabay

Ce lundi 12 février 2024, une nouvelle vague de mobilisation déferle sur la France alors que les infirmiers libéraux expriment leur mécontentement face à des conditions de travail de plus en plus difficiles. Inspirés par le mouvement des agriculteurs, ils ont choisi des moyens symboliques pour faire entendre leurs voix, avec des opérations escargot ce jour et le blocage des péages prévu le samedi 17 février. À l'avant-garde de cette protestation se trouvent des infirmiers libéraux, qui se sont rassemblés dans plusieurs villes du pays, notamment à Marseille et Gap. La présidente du Collectif des infirmiers libéraux en colère, Gaëlle Cannat, a alerté sur la précarité de la situation auprès de France 3 Régions. Selon elle, «58 % des cabinets vont fermer d'ici cinq ans». Pour sensibiliser l'opinion publique, des opérations escargot ont été organisées autour de grandes villes françaises telles que Marseille, Gap, Bayonne, Bordeaux et Dijon.

Leur principale revendication est la revalorisation de leurs actes, qui n'a pas eu lieu depuis quinze ans. «Avec l'inflation qu'on a eue depuis quinze ans, je vous laisse imaginer dans quel état on en est financièrement», explique Gaëlle Cannat. La pression financière est telle que de nombreux infirmiers se voient contraints de travailler des heures supplémentaires pour espérer gagner un revenu décent. «On a un taux horaire qui est très bas puisque nous on effectue 50 heures par semaine», souligne-t-elle.

Les revendications des infirmiers libéraux (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Otan : qui sont les États «mauvais payeurs» ciblés par Donald Trump ?
Beyoncé vs Taylor Swift : qui est la chanteuse américaine la plus influente au monde ?
LDLC Arena : qui aidera Tony Parker à racheter la nouvelle méga-salle de la banlieue lyonnaise ?
A quoi ressemblera le «petit» réacteur nucléaire qu’EDF aimerait installer dans le Gard ?
Fin du droit du sol à Mayotte : pourquoi la tâche s’annonce compliquée pour Gérald Darmanin