La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 765,52
    -30,23 (-0,44 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 080,15
    -27,87 (-0,68 %)
     
  • Dow Jones

    34 580,08
    -59,71 (-0,17 %)
     
  • EUR/USD

    1,1317
    +0,0012 (+0,10 %)
     
  • Gold future

    1 782,10
    +21,40 (+1,22 %)
     
  • BTC-EUR

    42 529,54
    -6 659,08 (-13,54 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 367,14
    -74,62 (-5,18 %)
     
  • Pétrole WTI

    66,22
    -0,28 (-0,42 %)
     
  • DAX

    15 169,98
    -93,13 (-0,61 %)
     
  • FTSE 100

    7 122,32
    -6,89 (-0,10 %)
     
  • Nasdaq

    15 085,47
    -295,85 (-1,92 %)
     
  • S&P 500

    4 538,43
    -38,67 (-0,84 %)
     
  • Nikkei 225

    28 029,57
    +276,20 (+1,00 %)
     
  • HANG SENG

    23 766,69
    -22,24 (-0,09 %)
     
  • GBP/USD

    1,3235
    -0,0067 (-0,50 %)
     

"Opération Azur" : tout comprendre au projet fou de Rémy Daillet pour renverser l'Élysée

·1 min de lecture

Un projet tentaculaire qui ne verra jamais le jour. Rémy Daillet, figure du complotisme et ex-cadre du MoDem, a monté depuis la Malaisie un projet de coup d'État, baptisé "Opération Azur", pour tenter de renverser le gouvernement français et s'emparer du palais de l'Élysée. Selon des sources porches du renseignement, l'homme de 55 ans voulait instaurer un nouveau pouvoir par le peuple. Pour mener cette opération, le complotiste s'était entouré d'un large réseau avec 300 partisans répartis sous le commandement de chefs de région.

>> LIRE AUSSIRapt de Mia : qui est Rémy Daillet-Wiedemann, cet ancien du Modem soupçonné d'être impliqué ?

D'autres lieux de pouvoir visés

D'après les informations d'Europe 1, dans ce large réseau, on retrouve beaucoup de policiers et de gendarmes qui ne sont plus d'active, mais aussi des militaires. Parmi eux, un ancien lieutenant-colonel de l'armée de terre, décoré de la Légion d'honneur. Le jour-J, Rémy Daillet prévoyait de réunir ses troupes à Paris avec des boucliers et des bombes artisanales. Devant l'Élysée, certains avaient pour mission d'occuper les forces de l'ordre afin de laisser le champ libre aux attaquants des bâtiments. 

En plus du palais présidentiel, d'autres lieux de pouvoir étaient visés : l'Assemblée nationale, le Sénat, le ministère des Armées. Au même moment, des militants auraient pris d'assaut une chaîne de télévision ou une radio pour diffuser leur propagande. Impliqué dans l'enlèvement de la petite Mia en avril dern...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles