La bourse ferme dans 2 h 38 min
  • CAC 40

    6 179,20
    +9,79 (+0,16 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 975,45
    -3,39 (-0,09 %)
     
  • Dow Jones

    33 800,60
    +297,00 (+0,89 %)
     
  • EUR/USD

    1,1920
    +0,0016 (+0,13 %)
     
  • Gold future

    1 741,80
    -3,00 (-0,17 %)
     
  • BTC-EUR

    50 806,63
    +253,08 (+0,50 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 295,67
    +68,13 (+5,55 %)
     
  • Pétrole WTI

    60,09
    +0,77 (+1,30 %)
     
  • DAX

    15 250,63
    +16,47 (+0,11 %)
     
  • FTSE 100

    6 898,25
    -17,50 (-0,25 %)
     
  • Nasdaq

    13 900,19
    +70,89 (+0,51 %)
     
  • S&P 500

    4 128,80
    +31,63 (+0,77 %)
     
  • Nikkei 225

    29 538,73
    -229,33 (-0,77 %)
     
  • HANG SENG

    28 453,28
    -245,52 (-0,86 %)
     
  • GBP/USD

    1,3769
    +0,0063 (+0,46 %)
     

Les ondes à haute fréquence, l'arme ultime contre les essaims de drones

Louis Neveu, Journaliste
·1 min de lecture

Voici le Morfius, il s’agit de ce que l’on appelle un C-UAS (Counter-Unmanned Aerial Systems), autrement dit un drone tueur de drones. Plutôt que d’embarquer des munitions, il exploite un canon à ondes à haute fréquence pour neutraliser la totalité d’un essaim de drones, par exemple. La charge électromagnétique se trouve à l’avant de l’aéronef. L’appareil reprend la forme d’un avion avec un empennage en V dirigé vers le bas et une hélice propulsive à l’arrière. Développé par Lockeed Martin, le drone est construit par Areai. Il repose sur la cellule de l’Altius 600 du constructeur.

Cela fait dix ans que Lockheed Martin planche sur ce drone d’interception. Il cumule les avantages puisqu’il peut tout aussi bien être lancé d’un véhicule terrestre — comme un lanceur à tubes—, maritime ou bien d’un autre aéronef (avion, hélicoptère). Dans ce dernier cas, il peut prolonger le rayon d’action puisqu’il dispose d’une autonomie de quatre heures pour 440 km.

Un multiplicateur de force

Le Mofius sait également revenir à sa base pour être réemployé et peut porter différents types de charge utile. Lorsqu’il s’approche de sa cible, il peut dépasser les 120 km/h. Le seul souci, c’est que l’impulsion électromagnétique déchargée sur la cible, ne sait pas encore faire la différence entre les drones ennemis et alliés qui pourraient évoluer à proximité. Un problème sur lequel les scientifiques de Lockeed Martin seraient en train de plancher actuellement.

Pour le moment, l’avionneur américain n’a passé aucun contrat avec quiconque pour ce Morfius. Il cherche à attirer les militaires avec ce projet qu’il a développé sur ses propres fonds.

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura