Marchés français ouverture 19 min
  • Dow Jones

    35 368,47
    -543,34 (-1,51 %)
     
  • Nasdaq

    14 506,90
    -386,86 (-2,60 %)
     
  • Nikkei 225

    27 467,23
    -790,02 (-2,80 %)
     
  • EUR/USD

    1,1346
    +0,0015 (+0,14 %)
     
  • HANG SENG

    24 058,90
    -53,88 (-0,22 %)
     
  • BTC-EUR

    36 458,64
    -906,69 (-2,43 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 172,36
    +162,97 (+16,15 %)
     
  • S&P 500

    4 577,11
    -85,74 (-1,84 %)
     

Omicron : pourquoi l’OMS appelle à ne pas fermer les frontières

·2 min de lecture

Rappel des faits : l’Afrique du Sud a informé l’OMS (Organisation mondiale de la Santé) de l’apparition d’un nouveau variant potentiellement dangereux sur son territoire dès le 24 novembre. En ce sens, elle a parfaitement suivi le Règlement sanitaire international. Cette transparence est exemplaire. L’OMS tient à saluer ce type de comportement. La transmission de renseignements sur les nouveaux variants très en amont est un élément capital dans la lutte contre le virus. En effet, plus les informations arrivent vite, plus il est possible de limiter la propagation d’un variant :

  • connaître l’existence d’un nouveau variant permet de détecter sa présence et d'étudier ses mutations, sa transmissibilité et sa dangerosité ;

  • renforcer les mesures barrières, si nécessaire : télétravail, port du masque chez les enfants, fermeture de certains lieux ;

  • adapter les vaccins au nouveau variant.

Dès l’annonce de l’Afrique du Sud et du Botswana, plusieurs pays, dont la France, ont fermé leurs frontières à la totalité des pays d’Afrique australe alors que seulement deux pays étaient concernés. C’est l'Union européenne elle-même qui a recommandé de suspendre tous les voyages en provenance de sept pays d’Afrique australe. De façon drastique, Israël a décidé de fermer ses frontières à tous les ressortissants étrangers.

Très rapidement, des cas ont été déclarés en Australie, en Belgique, aux Pays-bas, en Allemagne, en Italie, au Canada… En France, déjà huit cas de coronavirus seraient potentiellement liés au variant Omicron. Dans ce contexte, est-il encore utile de fermer les frontières ?

Le risque de propagation du variant omicron est très élevé selon l'OMS. © vipman4, Adobe Stock
Le risque de propagation du variant omicron est très élevé selon l'OMS. © vipman4, Adobe Stock

La réponse doit être collective

Dans un communiqué du 28 novembre, l’OMS rappelle que la lutte contre le coronavirus doit être mondialement coordonnée pour être efficace. Dans cet objectif, l’OMS a décidé d’amplifier son soutien aux pays d’Afrique, notamment en terme de séquençage génomique.

Premièrement, la...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles