Publicité
La bourse est fermée
  • Dow Jones

    39 134,76
    +299,90 (+0,77 %)
     
  • Nasdaq

    17 721,59
    -140,64 (-0,79 %)
     
  • Nikkei 225

    38 633,02
    +62,26 (+0,16 %)
     
  • EUR/USD

    1,0704
    -0,0044 (-0,41 %)
     
  • HANG SENG

    18 335,32
    -95,07 (-0,52 %)
     
  • Bitcoin EUR

    60 768,95
    +203,23 (+0,34 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 361,33
    -21,34 (-1,54 %)
     
  • S&P 500

    5 473,17
    -13,86 (-0,25 %)
     

OM-OL: "attristé" par les incidents à Marseille, Marcelino en remet une couche sur les ultras marseillais

OM-OL: "attristé" par les incidents à Marseille, Marcelino en remet une couche sur les ultras marseillais

Il n’a pas encore trouvé de nouveau challenge. Plus d’un mois après son départ précipité de l’OM, Marcelino est actuellement sans poste. Mais l’entraîneur espagnol continue de suivre de près l’actualité du club phocéen, qu’il a dirigé durant deux mois et demi. Interrogé par Onda Cero, l’entraîneur de 58 ans a réagi aux incidents qui ont entraîné le report du match entre Lyon et Marseille, dimanche en Ligue 1. Avec les caillassages des car visiteurs dans les Bouches-du-Rhône.

"Ça m’attriste de voir de telles images, assure Marcelino. La grandeur d'un club comme Marseille se retrouve assombrie par ces actes de vandalisme. L'évolution du club est rendue difficile par les ultras."

"Je n’ai ressenti ni peur ni menaces"

L’ancien coach de l’Athletic Bilbao et Valence, passé également par Villarreal et le Séville FC, est revenu sur son aventure express à l’OM. En parlant notamment de son lien avec les supporters marseillais: "En tant qu'entraîneur, je n'ai pas ressenti de peur ni reçu de menaces. Pas comme mes supérieurs, qui ont été menacés dans leur bureau, ce qui ne devrait pas arriver dans un club qui se veut sérieux."

PUBLICITÉ

Marcelino en a profité pour clarifier ses récentes déclarations vis-à-vis du président Pablo Longoria et de la direction marseillaise: "Je ne considère pas qu'ils m'ont laissé tomber. Les gens ont certaines obligations et doivent correspondre à ce que les supérieurs demandent".

Article original publié sur RMC Sport