Marchés français ouverture 49 min
  • Dow Jones

    29 823,92
    +185,32 (+0,63 %)
     
  • Nasdaq

    12 355,11
    +156,41 (+1,28 %)
     
  • Nikkei 225

    26 800,98
    +13,44 (+0,05 %)
     
  • dólar/euro

    1,2077
    -0,0001 (-0,01 %)
     
  • HANG SENG

    26 536,36
    -31,32 (-0,12 %)
     
  • BTC-EUR

    15 680,10
    +208,61 (+1,35 %)
     
  • CMC Crypto 200

    371,63
    -8,23 (-2,17 %)
     
  • S&P 500

    3 662,45
    +40,82 (+1,13 %)
     

OM – Manchester City : Comparatif des deux 11 sur le marché des transferts

Thomas
·2 min de lecture
OM Manchester City
OM Manchester City

150,5 M€ à gauche et 702 M€ à droite : la différence de valorisation entre le 11 de l’OM et celui de Manchester City.

Quatre et demi. C’est le différentiel de valorisation sur le marché des transferts, entre les deux onze type, annoncés ce lundi matin par le journal L’Equipe, de l’Olympique de Marseille et de Manchester City, qui s’affrontent en soirée, en Ligue des champions. Quatre et demi et même un peu plus, à l’avantage du collectif anglais, d’après les données observées sur la plateforme Transfermarkt.

Le onze de Manchester City quatre fois et demi plus cher que celui de l’OM

Formulé différemment, l’équipe que devrait titulariser le technicien catalan, Josep Guardiola, est estimé à 702 millions d’euros. Soit un joueur à près de 64 millions, exactement comme les vaut l’Espagnol Rodri, en charnière au milieu. Raheem Sterling en pointe et Kevin De Bryune, dans son dos à la distribution, ont les plus fortes valorisations, à 128 M€ et 120 M€.

Sterling ou De Bruyne valorisés à la hauteur de tout le collectif phocéen

Comprendre qu’à eux seuls, Sterling et/ou De Bruyne sont aussi chers ou presque sur le mercato, que tout le onze de l’OM en face. Lequel est donné à 150,5 millions d’euros au cumul, pour un joueur à la moyenne de 13,6 millions, non loin de l’estimation du moment de Dario Benedetto, devant. Le prometteur minot Boubacar Kamara et le plus expérimenté ailier, Florian Thauvin sont devant, à 32 millions l’un et l’autre. La différence étant que le premier est en pleine progression sportive et financière, quand l’autre sort d’une saison presque blanche et entre dans sa dernière saison contractuelle. L’un se bonifie sur le marché, l’autre pas.