Marchés français ouverture 3 h 18 min
  • Dow Jones

    30 937,04
    -22,96 (-0,07 %)
     
  • Nasdaq

    13 626,06
    -9,93 (-0,07 %)
     
  • Nikkei 225

    28 618,97
    +72,79 (+0,25 %)
     
  • EUR/USD

    1,2161
    -0,0007 (-0,06 %)
     
  • HANG SENG

    29 454,02
    +62,76 (+0,21 %)
     
  • BTC-EUR

    26 214,69
    -192,32 (-0,73 %)
     
  • CMC Crypto 200

    642,14
    -5,18 (-0,80 %)
     
  • S&P 500

    3 849,62
    -5,74 (-0,15 %)
     

Olivier Faure propose de changer le nom du PS, un nom "aujourd'hui mal compris"

·2 min de lecture

Le premier secrétaire du PS a posé mardi la question d'un changement de nom de son parti, appelant à "provoquer un véritable big bang de la gauche et de l'écologie en 2021" en vue de la présidentielle l'année suivante.

Le premier secrétaire du PS Olivier Faure a posé mardi la question d'un changement de nom de son parti, appelant à "provoquer un véritable big bang de la gauche et de l'écologie en 2021" en vue de la présidentielle l'année suivante. Refusant que gauche et écologistes se présentent au scrutin "en ordre dispersé", il a estimé sur France Inter que "les socialistes eux-mêmes doivent accepter l'idée d'aller jusqu'au bout de leur refondation", alors que "le cycle ouvert par François Mitterrand en 1971 est achevé".

Il faut "sans tabou nous poser toutes les questions", en particulier celle du "nom" du PS, un nom "aujourd'hui mal compris, rattaché à des mesures, des époques, et qui ne dit plus ce que nous sommes devenus". Mais aussi "la question des institutions propres" du PS, de son "fonctionnement, ses pratiques", et de son "projet". Ainsi "les huit prochains mois doivent être consacrés à définir ce pour quoi nous nous battons, pour qui, pour quoi nous sommes encore là", avant d'ensuite "rassembler la gauche", a souhaité Olivier Faure.

Que chacun vienne "avec son propre projet"

Détaillant une feuille de route, il a proposé que chacun vienne "avec son propre projet", notamment les écologistes, avec l'objectif de "trouver des terrains d'accords", et "si des désaccords persistent, les Français eux-mêmes viendront trancher": les "propositions" seront "mises en débat" et "soumises aux Françaises et aux Français" qui, à leur tour, pourront dire s'ils "ont mieux" à proposer. Et "si c'est mieux, nous prendrons ce que vous dites", a-t-il promis.

Interrogé sur la possibilité d'une candidature de l'ancien ministre socialiste Arnaud Montebourg, il a critiqué "toutes celles et ceux qui cherchent à construire non pas du collectif mais(...)


Lire la suite sur Paris Match