Marchés français ouverture 1 h 8 min
  • Dow Jones

    33 821,30
    -256,33 (-0,75 %)
     
  • Nasdaq

    13 786,27
    -128,50 (-0,92 %)
     
  • Nikkei 225

    28 538,07
    -562,31 (-1,93 %)
     
  • EUR/USD

    1,2037
    -0,0004 (-0,04 %)
     
  • HANG SENG

    28 643,63
    -492,10 (-1,69 %)
     
  • BTC-EUR

    45 816,69
    -515,43 (-1,11 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 264,90
    +30,48 (+2,47 %)
     
  • S&P 500

    4 134,94
    -28,32 (-0,68 %)
     

Olivier Dussopt se mesure au mur de la dette

·2 min de lecture

Sous pression du rapport de la commission Arthuis, le ministre du Budget jongle entre le "quoi qu'il en coûte" et le crédit de la France sur ses engagements.

Préserver à tout prix le "quoi qu'il en coûte". C'est un véritable numéro d'équilibriste auquel se livre Olivier Dussopt, le ministre du Budget, qui continue d'ouvrir les vannes de la dépense publique tout en jouant son rôle de "Père la rigueur". Dans , l'ex-député socialiste justifie les 7,2 milliards d'euros d'aides versées chaque mois pour compenser les fermetures d'activités. Des sommes qui s'ajoutent au coût de la crise en 2020, revu à la baisse à 160 milliards. De quoi faire grimper la dette à environ 120 % du PIB.

Et c'est loin d'être fini, si l'on en croit le rapport de la commission pilotée par l'ancien ministre Jean Arthuis, remis le 18 mars. Selon son scénario médian, la dette atteindrait, sans mesure de freinage supplémentaire, 133 % en 2030. Cette situation inquiète à double titre. Elle risque de provoquer des tensions au sein de la zone euro, alors que la dette allemande reste contenue autour de 70 %. Et elle expose la France à une remontée des taux d'intérêt : une hausse d'1 point alourdirait la charge annuelle de 15 milliards au bout de cinq ans.

Alors que faire ? Sans surprise, Jean Arthuis et se rejoignent pour écarter l'idée d'une annulation, jugée dangereuse. En revanche, la commission disqualifie le cantonnement de la dette Covid au sein d'une structure spéciale, poussé par les ministres de Bercy. Ces derniers envisagent pourtant d'y affecter une fraction de l'impôt sur les sociétés. Seule solution selon les experts de la Commission Arthuis : faire en sorte que les dépenses publiques progressent à l'avenir moins vite que les recettes. Le rapport se garde bien de dégager des pistes d'économies en pleine crise. Il se contente de propositions techniques pour forcer l'exécutif à mieux respecter ses engagements pluriannuels. Car quoi qu'en dise Olivier Dussopt, le bilan en la matière n'est pas très reluisant.

Retrouvez cet article sur challenges.fr

A lire aussi