La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 762,34
    +85,47 (+1,51 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 318,20
    +39,16 (+1,19 %)
     
  • Dow Jones

    28 725,51
    -500,10 (-1,71 %)
     
  • EUR/USD

    0,9801
    -0,0018 (-0,19 %)
     
  • Gold future

    1 668,30
    -0,30 (-0,02 %)
     
  • BTC-EUR

    19 708,74
    -386,10 (-1,92 %)
     
  • CMC Crypto 200

    443,49
    +0,06 (+0,01 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,74
    -1,49 (-1,83 %)
     
  • DAX

    12 114,36
    +138,81 (+1,16 %)
     
  • FTSE 100

    6 893,81
    +12,22 (+0,18 %)
     
  • Nasdaq

    10 575,62
    -161,89 (-1,51 %)
     
  • S&P 500

    3 585,62
    -54,85 (-1,51 %)
     
  • Nikkei 225

    25 937,21
    -484,84 (-1,83 %)
     
  • HANG SENG

    17 222,83
    +56,96 (+0,33 %)
     
  • GBP/USD

    1,1166
    +0,0043 (+0,38 %)
     

Oliver Blume remplace Herbert Diess à la tête du groupe Volkswagen

Volkswagen confie jeudi son avenir à un nouveau patron, Oliver Blume, chargé de piloter le géant automobile dans un environnement économique difficile, après les quatre ans de mandat tumultueux d'Herbert Diess. Produit maison rompu aux arcanes du groupe, le nouveau PDG n'arrive pas pour renverser la table : il devrait poursuivre les grandes lignes de la stratégie conduite par Herbert Diess - le virage vers la mobilité électrique et connectée.

Ce dernier a surtout dû son éviction, en juillet, aux tensions à répétition avec les représentants du personnel et l'équipe de direction, nourries par son style direct et provoquant. Pour autant, M. Blume arrive aux commandes à "un moment difficile" dans la vie du premier constructeur européen, observe Matthias Schmidt, analyste spécialisé dans l'automobile électrique. Le nouveau patron de 54 ans va devoir naviguer dans un contexte plus incertain que jamais avec la guerre en Ukraine et la persistance des pénuries de composants. Il devra aussi mener cette année l'introduction en bourse de la filiale Porsche et résoudre les difficultés qui ralentissent le développement des logiciels Volkswagen censés être le coeur de la voiture du futur. La révolution électrique et connectée implique des dizaines de milliards d'euros d'investissement, alors que le groupe a affiché des résultats mitigés au deuxième trimestre.

Pour succéder à l'Autrichien de 63 ans, arrivé en 2018 et parti avant la fin de son mandat prévue en 2025, les actionnaires principaux (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Hérault : un véhicule transportant un incroyable chargement mis à l'amende
Stationnement payant des deux-roues à Paris : tout ce qu’il faut savoir
Grâce à CodeNekt, le carnet d'entretien des voitures rejoint la blockchain
Conduite autonome : voici dans quelles conditions vous pourrez lever les mains du volant en France
Le prix du gazole s'envole encore, celui de l'essence se stabilise