La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 762,34
    +85,47 (+1,51 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 318,20
    +39,16 (+1,19 %)
     
  • Dow Jones

    28 725,51
    -500,10 (-1,71 %)
     
  • EUR/USD

    0,9801
    -0,0018 (-0,19 %)
     
  • Gold future

    1 668,30
    -0,30 (-0,02 %)
     
  • BTC-EUR

    19 720,32
    -912,59 (-4,42 %)
     
  • CMC Crypto 200

    443,49
    +0,06 (+0,01 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,74
    -1,49 (-1,83 %)
     
  • DAX

    12 114,36
    +138,81 (+1,16 %)
     
  • FTSE 100

    6 893,81
    +12,22 (+0,18 %)
     
  • Nasdaq

    10 575,62
    -161,89 (-1,51 %)
     
  • S&P 500

    3 585,62
    -54,85 (-1,51 %)
     
  • Nikkei 225

    25 937,21
    -484,84 (-1,83 %)
     
  • HANG SENG

    17 222,83
    +56,96 (+0,33 %)
     
  • GBP/USD

    1,1166
    +0,0043 (+0,38 %)
     

OL, Toulouse... Les fonds américains font main basse sur le foot français

L. Cipriani/AP/Sipa

D'un côté, des as du sport business et du cash. De l'autre, des clubs plombés par deux années difficiles. Les rachats s'enchaînent dans le ballon rond.

Fin août, le mercato d'été du foot européen s'est achevé, sans grand chambardement. Mais c'est moins sur les joueurs stars que sur les propriétaires de club que se porte actuellement l'attention. En particulier ceux de Ligue 1, le championnat français, où s'opère une petite révolution. Propriété de Jean-Michel Aulas depuis 1987, . Déjà propriétaire de plusieurs clubs au Brésil et en Europe, l'homme d'affaires John Textor prendra le contrôle de l'équipe rhodanienne, cotée en Bourse depuis 2007, moyennant un chèque de près de 800 millions d'euros.

Ce mouvement est loin d'être isolé. Remonté cette saison en Ligue 1, Toulouse a été racheté en 2020 par Redbird Capital Partners. Le club de la Ville rose a désormais le même propriétaire venu d'outre-Atlantique que les rouges et noirs de l'AC Milan. Et l'intérêt ne se limite pas à la première division: en National, le Red Star, club centenaire de la banlieue parisienne, est lui passé sous le contrôle de 777 Partners. "Un mouvement logique est à l'œuvre, explique Patrice Haddad, président du club de Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis). La valeur du football français est sous-estimée. Celui-ci commence à se structurer et ces nouveaux acteurs vont lui apporter les moyens de se développer."

Depuis quelques années, les fonds américains multiplient les acquisitions en Europe. Leur terrain de jeu s'est longtemps cantonné à la Premier League britannique avec les rachats de Manchester United, Arsenal ou Liverpool. Au printemps dernier, le milliardaire russe Roman Abramovitch a cédé Chelsea, pour 5 milliards d'euros, à Todd Boehly, propriétaire de plusieurs franchises de baseball et de basket.

Lire aussi

Besoin d'argent frais

Jusqu'à présent, l'influence américaine sur le championnat français se limitait à l'Olympique de Marseille, détenu depuis 2016 par Frank McCourt. Cette offensive répond à un double mouvement. D'abord conjoncturel: les clubs français ont un grand besoin d'argent frais. Ils ont beaucoup perdu dans la défaillance de leu[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi