Marchés français ouverture 5 h 50 min
  • Dow Jones

    34 077,63
    -123,04 (-0,36 %)
     
  • Nasdaq

    13 914,77
    -137,58 (-0,98 %)
     
  • Nikkei 225

    29 159,68
    -525,69 (-1,77 %)
     
  • EUR/USD

    1,2041
    0,0000 (-0,00 %)
     
  • HANG SENG

    29 106,15
    +136,44 (+0,47 %)
     
  • BTC-EUR

    45 550,07
    -1 286,80 (-2,75 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 231,83
    -67,13 (-5,17 %)
     
  • S&P 500

    4 163,26
    -22,21 (-0,53 %)
     

Offrir un horizon tout en renforçant les restrictions: la stratégie du gouvernement français

·2 min de lecture

Tout en prévoyant de nouvelles mesures ciblées pour freiner la progression du Covid-19 et de ses variants, le gouvernement cherche à donner des perspectives positives aux Français.

Promettre un avenir meilleur pour mieux faire accepter de nouvelles restrictions. Telle est la stratégie que semble avoir adoptée le gouvernement. L'exécutif espère « un retour à une vie plus normale (...) peut-être dès la mi-avril », a ainsi déclaré ce mercredi son porte-parole Gabriel Attal. Tout en prévenant : il y aura d'ici-là « des semaines de gros temps ».

Cela devrait passer par de nouvelles mesures ciblées dans les zones où l’épidémie de Covid-19 se propage plus rapidement, telles qu'un confinement le week-end ou la fermeture des grandes surfaces. Il en a été question lors du Conseil de défense sanitaire ce matin. Le Premier ministre Jean Castex fera des annonces ce jeudi alors que 20 départements sont sous surveillance, dont Paris.

Mais alors que l'absence de visibilité pèse sur le moral des Français après un an sous Covid-19, Gabriel Attal se veut encourageant. « Tenons bon, ne nous résignons pas après tant d'efforts. Nous allons encore affronter des épreuves. Mais pour la première fois depuis des mois, le retour à la vie normale est en vue », promet-il. Et d'assurer à ceux qui en doutent : les sorties, les activités sportives vont de nouveau être possibles, les bars, restaurants, musées et salles de spectacle rouvriront.

De nouveaux protocoles à l'étude

Pour desserrer l’étau, une réunion s’est tenue à l’Élysée ce mercredi après-midi. De nouveaux protocoles et la mise en place d’un « pass sanitaire » voulu par le chef de l’État sont notamment à l'étude. Faudra-t-il être vacciné ou avoir dans sa poche un test négatif récent ? Ce sont les pistes sur la table pour une réouverture envisagée pour la mi-avril, donc.

« Probablement à cet horizon, nous pouvons espérer avoir un impact notable de la vaccination et donc une diminution de la pression sur les services hospitaliers, une montée en puissance de l'immunité collective qui peut nous permettre de desserrer les contraintes qui pèsent depuis longtemps », avance Gabriel Attal.

Mais devant une crise imprévisible, l'exécutif prend le risque de décevoir, si la situation ne s'améliore pas. Lucide, Jean Castex l'a reconnu lundi soir devant la direction de La République en marche : il faut « rester humble et offensif face aux variants. » Le Premier ministre n'est « ni inquiet, ni rassuré », résume, fataliste, un cadre de LaREM.