La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 739,73
    -336,14 (-4,75 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 089,58
    -203,66 (-4,74 %)
     
  • Dow Jones

    34 899,34
    -905,04 (-2,53 %)
     
  • EUR/USD

    1,1322
    +0,0110 (+0,99 %)
     
  • Gold future

    1 788,10
    +1,20 (+0,07 %)
     
  • BTC-EUR

    48 001,77
    -662,26 (-1,36 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 365,60
    -89,82 (-6,17 %)
     
  • Pétrole WTI

    68,15
    -10,24 (-13,06 %)
     
  • DAX

    15 257,04
    -660,94 (-4,15 %)
     
  • FTSE 100

    7 044,03
    -266,34 (-3,64 %)
     
  • Nasdaq

    15 491,66
    -353,57 (-2,23 %)
     
  • S&P 500

    4 594,62
    -106,84 (-2,27 %)
     
  • Nikkei 225

    28 751,62
    -747,66 (-2,53 %)
     
  • HANG SENG

    24 080,52
    -659,64 (-2,67 %)
     
  • GBP/USD

    1,3342
    +0,0022 (+0,16 %)
     

Offre de KKR: Vivendi veut garder la main sur Telecom Italia

·2 min de lecture

L’OPA du fonds KKR valoriserait l’opérateur à 10,8 milliards d’euros. Inacceptable pour la filiale de Bolloré, qui réclame la tête du patron italien.

"Des fonds d’investissement, on en a vu, ils viennent et ils repartent, mais nous sommes là sur le long terme". Dans l’entourage de Vivendi, on affichait un certain flegme au lendemain de l’annonce de sur Telecom Italia, le 21 novembre. Premier actionnaire de l’opérateur transalpin, avec 23,75% du capital, le groupe français ferraille, depuis 2014, avec le management et les autorités italiennes pour y imposer sa vision stratégique. Sous la houlette de son président du directoire, Arnaud de Puyfontaine, Vivendi, propriété du Groupe Bolloré, a investi quelque 4 milliards d’euros pour placer sa participation juste en dessous du seuil de déclenchement d’une OPA.

Satisfaction du gouvernement italien

"Le prix proposé ne reflète pas la valeur intrinsèque de la société", indique-t-on dans le camp Vivendi à propos de l’offre "amicale" de KKR, proposant une prime de 45,7% par rapport au cours de vendredi 19 novembre. Avec une valorisation estimée de l’opérateur à 10,8 milliards d’euros, Vivendi laisserait 1,25 milliard d’euros dans la bataille. "Le groupe est très attaché à l’Italie et à Telecom Italia et n’a pas l’intention de vendre", tranche un porte-parole. Le conseil d’administration de Telecom Italia, présidé par Salvatore Rossi, n’a pas indiqué s’il allait soutenir l’offre. Le gouvernement italien, pour sa part, s’est publiquement félicité de "l’intérêt manifesté par des investisseurs qualifiés à investir dans des entreprises italiennes importantes".

Dégradation de Standard & Poor's

Dans les équipes de Vincent Bolloré, on s’interroge beaucoup sur le timing de l’opération, qui sera soumise aux actionnaires de Telecom Italia quelques heures après la convocation exceptionnelle du conseil d’administration le vendredi 26 novembre. , qui fait écho aux mauvais résultats publiés par le groupe et la dégradation de sa note par Standard & Poor's. : le patron de l’opérateur, Luigi Gubitosi, administrateur délégué, qui ne parvient pas à redresser les comptes de l’entreprise, les[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles