Marchés français ouverture 5 h 33 min
  • Dow Jones

    33 821,30
    -256,33 (-0,75 %)
     
  • Nasdaq

    13 786,27
    -128,50 (-0,92 %)
     
  • Nikkei 225

    28 601,12
    -499,26 (-1,72 %)
     
  • EUR/USD

    1,2037
    -0,0004 (-0,04 %)
     
  • HANG SENG

    29 135,73
    0,00 (0,00 %)
     
  • BTC-EUR

    46 425,61
    +429,64 (+0,93 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 280,26
    +45,84 (+3,71 %)
     
  • S&P 500

    4 134,94
    -28,32 (-0,68 %)
     

Odimma: optimiser et renforcer la vaccination personnalisée

·2 min de lecture

Odimma développe des vaccins thérapeutiques personnalisés à base d’ADN pour le traitement des cancers. Cette start-up fait partie de la sélection "100 start-up où investir en 2021” de Challenges.

Fonds recherchés: 10 millions d’euros

Chaque tumeur est unique. Impossible de trouver un médicament qui les combat toutes. D’où l’idée du vaccin personnalisé sur lequel Jean-Marc Limacher (57 ans), chef de service à l’hôpital Pasteur de Colmar, et chercheur pour la biotech Transgène, a déposé un brevet. Il entraîne une collègue de Transgène Jessica Matta (34 ans) docteur en immunologie pour fonder Odimma en 2017. Pour développer un vaccin personnalisé, la première étape consiste à séquencer le génome de la tumeur. Il faut ensuite fabriquer un virus porteur de la séquence de la tumeur et enfin avertir le système immunitaire qu’il doit lutter contre le virus. En attaquant le virus, il attaque aussi la tumeur. Le vaccin utilise une technique d’immunisation génétique exploitant la flexibilité de l’ADN pour cibler les caractéristiques de chaque tumeur.

La méthode a été testée avec succès sur des souris. "Nous avons une preuve de concept, affirme Jessica Matta, nous savons déjà que le produit est sûr pour l’être humain. Nous sommes en train de tester son efficacité." Le vaccin coûte de 20.000 à 30.000 euros. "C’est le tiers du prix de la moindre immunothérapie, estime Jessica Matta, et on peut le fabriquer en moins de huit semaines." Les fonds serviront à produire des lots de vaccins qualifiés pour les cliniques. "C’est très lourd sur le plan réglementaire et sur le plan financier, confesse Jessica Matta. Un lot de virus coûte un million d’euros." Mais le jeu en vaut la chandelle: la méthode semble prometteuse pour des pathologies pour lesquelles il n’y a à ce jour aucune thérapie efficace. La start-up strasbourgeoise espère que sa technique aura un rayonnement international en mettant à la disposition de la communauté médicale des traitement personnalisé des cancers.

Contact: jessica.matta@odimma.fr

Retrouvez cet article sur challenges.fr

A lire aussi