La bourse est fermée

OCDE : en Afrique, trop d'impôt ne tue pas encore l'impôt

latribune.fr

C'est un rapport qui tombe à point nommé et qui confortera bien des gouvernements africains qui peinent à mobiliser les ressources internes et principalement fiscales pour faire face à la conjoncture économique difficile de ces dernières années. Dans la seconde édition de son rapport sur « les statistiques des recettes publiques en Afrique » qui a été publié aujourd'hui à Addis Abeba au siège de l'UA, l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) a souligné que « la mobilisation des ressources domestiques progresse de façon constante dans les pays africains ». Les données compilées par le rapport offre une vue d'ensemble des grandes tendances des recettes dans seize pays d'Afrique et examine par la même occasion, les variations des niveaux de recettes fiscales et non fiscales en pourcentage du PIB ainsi que leurs composantes entre 1990 et 2015.

Recettes domestiques Afrique

En 2015, par exemple, le ratio moyen des recettes fiscales rapportées au PIB pour les 16 pays couverts par cette seconde édition du rapport ressortait à 19,1%, soit une hausse de 0,4 point par rapport à 2014. Tous les pays analysés ont par exemple vu leurs recettes fiscales croître en pourcentage du PIB depuis 2000, avec une progression annuelle de 5 points en moyenne.

Les compilations des données officielles recueillies confirment ainsi la moyenne des 16 pays couverts par le rapport et qui s'approche de celle qu'on met généralement en avant sur le ratio moyen impôts-PIB, lequel s'estimait à 19,1% en 2015. Avec des disparités en fonction des pays puisque exprimé en pourcentage du PIB, ce ration va de 10,8% RDC  à 30,3% en Tunisie. A titre de comparaison, il était à la même année de 22,8% en moyenne dans les pays d'Amérique latine et des Caraïbes qui s'élevait à

(...) Lire la suite sur La Tribune.fr


Zone CFA : pas de réforme ni de dévaluation, mais des mesures pour plus de recettes fiscales
OCDE : pour une industrialisation «propre» de l'Afrique
«Tayi Tawri» : les Nigériens vont devoir davantage se serrer la ceinture !
Des multinationales françaises épinglées pour leurs pratiques fiscales en Afrique