La bourse ferme dans 4 h 47 min
  • CAC 40

    5 896,66
    +101,70 (+1,75 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 417,83
    +58,00 (+1,73 %)
     
  • Dow Jones

    30 967,82
    -129,44 (-0,42 %)
     
  • EUR/USD

    1,0205
    -0,0065 (-0,63 %)
     
  • Gold future

    1 761,30
    -2,60 (-0,15 %)
     
  • BTC-EUR

    19 719,83
    +195,51 (+1,00 %)
     
  • CMC Crypto 200

    436,32
    -3,71 (-0,84 %)
     
  • Pétrole WTI

    99,87
    +0,37 (+0,37 %)
     
  • DAX

    12 596,78
    +195,58 (+1,58 %)
     
  • FTSE 100

    7 143,13
    +117,66 (+1,67 %)
     
  • Nasdaq

    11 322,24
    +194,39 (+1,75 %)
     
  • S&P 500

    3 831,39
    +6,06 (+0,16 %)
     
  • Nikkei 225

    26 107,65
    -315,82 (-1,20 %)
     
  • HANG SENG

    21 586,66
    -266,41 (-1,22 %)
     
  • GBP/USD

    1,1922
    -0,0030 (-0,25 %)
     

Les obligations désormais une vraie alternative face aux actions : le conseil Bourse

Alors que l’inflation s’envole, les grandes banques centrales ont changé leur fusil d’épaule, troquant leurs politiques monétaires ultra accommodantes pour une approche plus restrictive, avec encore de nombreux relèvements de taux directeurs à venir. Dans un tel contexte, les cours des obligations ont logiquement reflué, un mouvement qui s’est traduit par une nette remontée des rendements. Ainsi, l’obligation d’Etat à 10 ans des Etats-Unis a vu son taux (rendement) grimper à plus de 3%, tout comme celle de l’Italie, dont le taux (3,4%) a renoué avec ses pics de 2018. De même, les obligations d’Etat française et allemande ont vu leurs rendements nettement remonter, à 1,8 et 1,3% actuellement.

Si le mouvement de hausse des taux pénalise les portefeuilles d’obligations, “le nouvel environnement inflationniste se montre également défavorable aux marchés actions”, relève David Letellier, directeur général adjoint chez Financière Arbevel. Dans ce contexte difficile, “la stabilisation récente des rendements souverains (les taux des obligations d’Etat, NDLR) et la réouverture du marché primaire redonnent de l’attrait aux marchés d’obligations, qui ont peut-être mangé leur pain noir”, selon l’expert. “Il existe désormais des alternatives aux actions (alors qu’auparavant, les rendements quasi-nuls des obligations favorisaient de logiques arbitrages en faveur des actions, NDLR), à condition de se montrer sélectifs.”

“La hausse moyenne de plus de 150 points de base (c’est-à-dire 1,5 point (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

“Les taux et le pétrole mettent la Bourse des Etats-Unis sous pression”
Volotea condamnée à payer une grosse amende pour 165 infractions
Bourse : plus de 40 entreprises françaises dans le nouvel indice tech européen
Bourse : le CAC 40 sous pression, pessimisme record sur les actions et les obligations, l'auto à surveiller
Ryanair fait scandale après des tests de maîtrise de langue pour les Sud-africains

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles