La bourse ferme dans 1 h 52 min

Objectif CO2 : le gouvernement veut mettre fin à l’avantage des voitures allemandes

Depuis le 1er janvier, les voitures neuves vendues dans l’Union européenne ne doivent pas dépasser une moyenne de 95 grammes de CO2, sous peine de lourdes amendes pour les constructeurs. Un sacré défi pour l’industrie automobile, mais certains auraient trouvé un arrangement. C’est ce qu’a tenu à rappeler Elisabeth Borne, la ministre de la Transition écologique, lors de ses voeux à la presse, vendredi dernier. “Il y a quelque chose d'un peu absurde dans les textes européens actuels, c'est le fait que quand les véhicules sont plus lourds, alors ils ont le droit d'émettre plus de gaz à effet de serre”.

Par cette déclaration, la ministre vise clairement les constructeurs allemands (sans les nommer), qui sont parvenus à obtenir un compromis de l’Union européenne en intégrant la masse du véhicule dans le calcul de la moyenne à respecter par chaque marque. Un constructeur vendant des véhicules lourds a donc un objectif moins élevé qu’une marque commercialisant essentiellement de petites citadines. C’est justement cet avantage que la ministre veut stopper. “Tous les textes européens doivent encourager des véhicules qui émettent le moins possible de gaz à effet de serre et non pas donner un bonus à des véhicules qui pèsent plus lourd”, déclare-t-elle, affirmant que le gouvernement allait “remettre en cause cette absurdité”. Les marques allemandes disposent, en effet, de gros SUV dans leurs gammes. Beaucoup dépassent même les 200 grammes par km de CO2 (Audi Q7, BMW X6, Mercedes GLS...).

>> A lire aussi - Paris : un stationnement plus cher pour les SUV et les véhicules encombrants ?

L’Allemagne et les SUV

“La flambée des SUV découle aussi de cette réglementation dont on sait qu’elle est soutenue par l’un de nos grands voisins européens”, déclare la ministre en visant l’Allemagne, sans citer directement le pays. Rappelons que l’objectif de l’Allemagne est surtout de protéger son industrie automobile et les milliers d’emplois concernés. Car cet objectif “CO2” fixé par l’Union européenne

(...) Cliquez ici pour voir la suite

L'injonction au bonheur, bonne idée ou vraie contrainte au travail ?
Air France-KLM lorgnerait Malaysia Airlines
Le CAC40 en berne, un mystérieux virus venant de Chine inquiète l’OMS
Taux négatifs : 186 banques allemandes font déjà payer leurs clients en Allemagne
Champagne, rouge à lèvre… Trump renonce (pour l’instant) à des taxes sur nos produits