La bourse ferme dans 1 h 9 min
  • CAC 40

    6 286,70
    +52,56 (+0,84 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 028,79
    +35,36 (+0,89 %)
     
  • Dow Jones

    34 192,49
    +156,50 (+0,46 %)
     
  • EUR/USD

    1,1996
    +0,0020 (+0,17 %)
     
  • Gold future

    1 778,80
    +12,00 (+0,68 %)
     
  • BTC-EUR

    50 896,05
    -2 006,55 (-3,79 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 356,34
    -35,37 (-2,54 %)
     
  • Pétrole WTI

    63,13
    -0,33 (-0,52 %)
     
  • DAX

    15 429,22
    +173,89 (+1,14 %)
     
  • FTSE 100

    7 011,83
    +28,33 (+0,41 %)
     
  • Nasdaq

    14 033,82
    -4,95 (-0,04 %)
     
  • S&P 500

    4 181,58
    +11,16 (+0,27 %)
     
  • Nikkei 225

    29 683,37
    +40,68 (+0,14 %)
     
  • HANG SENG

    28 969,71
    +176,57 (+0,61 %)
     
  • GBP/USD

    1,3819
    +0,0034 (+0,25 %)
     

Où en est la féminisation des grandes écoles françaises?

·2 min de lecture

La Conférence des grandes écoles (CGE) qui regroupe 229 grandes écoles en France a dévoilé en février les résultats de son 6ème baromètre sur l’égalité femmes-hommes. Si la mixité progresse parmi les étudiants, elle laisse encore à désirer au sein des instances dirigeantes de ces institutions.

Peut mieux faire, serait-on tentée d'écrire au vu des résultats du * de la Conférence des grandes écoles (CGE) publiée en février. Créée en 1973, la CGE regroupe actuellement 229 grandes écoles en France, dont 13 grandes écoles étrangères. Elles couvrent différentes spécialités, allant des écoles d'ingénieur, de science politique, de journalisme, en passant par les écoles d'architecture et de management. "L'originalité de ce baromètre réside dans le fait qu'il porte sur deux cibles, à la fois le personnel de ces grandes écoles et les étudiants", souligne Pascale Borel, animatrice du groupe de travail Égalité femmes-hommes de la CGE.

Un taux de féminisation de 50% dans les écoles de management

Principal enseignement de ce baromètre: même si subsistent une sous-représentation des étudiantes dans certaines filières et des femmes à certains postes à responsabilités au sein des établissements, les grandes écoles démontrent qu'elles sont de plus en plus nombreuses à mener des actions en faveur de l’égalité femmes-hommes. Dans le détail, la mixité des formations dans les écoles de management tend à se confirmer avec un taux de féminisation "presque parfait de 50%", contre 48,9% en 2019. Un taux à opposer avec les écoles d'ingénieurs, qui atteignait en 2020 seulement 32,8%, contre 32,4% en 2019.

Lire aussi

Dans les écoles d'ingénieurs, le taux de féminisation connaît une variabilité "très importante", observe Pascale Borel, allant de 11,3% à 78,4%. Pour le taux minimum, il s'agit de domaines liés à l'aéronautique, l'automobile, le spatial; l'énergie, l'environnement, les sciences de la terre; le génie industriel et les sciences technologiques; l'informatique, le numérique; ainsi que les mécaniques et les matériaux. Pour le taux maximum, les domaines observés concernent l'agriculture, l'agroalimentaire, les sciences de la vie, ainsi que l'énergie, l'environnement, les sciences de la terre. Alors même que cette variabilité est moindre en écoles de management, oscillant de[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi