La bourse ferme dans 6 h 33 min

Numéros surtaxés : ils rapportent gros aux escrocs !

«Vous avez un colis au bureau de poste, veuillez confirmer son envoi en appelant le 08...» C’est l’escroquerie en vogue dans nos boîtes mails. L'adresse a des airs officiels, le logo du service postal (Chronopost) s’affiche au milieu du texte, la formulation du message est des plus soignées… Pourtant, de colis, il n’y en aura jamais… mais l’appel vous sera facturé !

Ce genre d’arnaques aux numéros surtaxés, nous y avons tous été confrontés. Ce sont ces coups de fil d’une seule et unique sonnerie qui piquent votre curiosité. Ou ces messages vocaux pas très clairs vous demandant de rappeler d’urgence… Vous vous exécutez et bim, c’est facturé ! A 3 euros le coup de téléphone ou 80 centimes la minute maximum, le préjudice est modeste pour les victimes, mais très lucratif pour les escrocs.

Car derrière chaque numéro se cache une véritable petite industrie : depuis d’énormes ordinateurs, les «télébraqueurs», souvent des Français associés à des call centers situés à l’étranger, émettent jusqu'à 400 appels ou SMS à la minute... vers un répertoire aléatoire. Pas besoin de récupérer de données nominatives, tous les 06 ont déjà été attribués ! «5 à 10% des personnes tombent dans le piège, précise Fonteneau. En quelques jours, une campagne peut rapporter près de 100.000 euros.»

Tout ne file pas dans la poche de l’arnaqueur. Quand une victime appelle un numéro surtaxé, c’est son opérateur (Orange, Bouygues, SFR…) qui commence par toucher l’argent. Celui-ci prélève 25%, puis reverse le reste à deux intervenants : un «opérateur de collecte», au rôle technique, et un «opérateur éditeur», qui commercialise des «08 00…». A eux deux, ces intermédiaires ponctionnent en moyenne un tiers de la facture. Le reste, enfin, est reversé à l’escroc. Bref, vous l’aurez compris : à part la victime, tout le monde y gagne !

Toutefois, sans doute lassés (...)

Cliquez ici pour voir la suite

Ce contenu peut également vous intéresser :