La bourse ferme dans 1 h 33 min
  • CAC 40

    5 793,70
    +10,29 (+0,18 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 360,35
    +11,75 (+0,35 %)
     
  • Dow Jones

    29 519,91
    -70,50 (-0,24 %)
     
  • EUR/USD

    0,9674
    -0,0014 (-0,15 %)
     
  • Gold future

    1 653,70
    -1,90 (-0,11 %)
     
  • BTC-EUR

    19 839,38
    +122,65 (+0,62 %)
     
  • CMC Crypto 200

    439,99
    +6,89 (+1,59 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,63
    +0,89 (+1,13 %)
     
  • DAX

    12 320,84
    +36,65 (+0,30 %)
     
  • FTSE 100

    6 981,20
    -37,40 (-0,53 %)
     
  • Nasdaq

    10 966,29
    +98,37 (+0,91 %)
     
  • S&P 500

    3 697,14
    +3,91 (+0,11 %)
     
  • Nikkei 225

    26 431,55
    -722,28 (-2,66 %)
     
  • HANG SENG

    17 855,14
    -78,13 (-0,44 %)
     
  • GBP/USD

    1,0855
    -0,0002 (-0,02 %)
     

Nucléaire: Macron a le droit d'être en colère, l'édito d'André Comte-Sponville

POOL

EDITO- Emmanuel Macron a récemment taclé le patron d'EDF, Jean-Bernard Lévy après ses propos critiques sur la politique nucléaire de la nation. De quoi faire sortir de ses gonds le président de la République, partiellement à juste titre.

Emmanuel Macron, d'ordinaire si calme, s'est quelque peu emporté lors de sa conférence de presse du 5 septembre contre Jean-Bernard Lévy, l'encore patron () d'EDF. La raison de cette colère? Des propos récents de ce dernier, expliquant les difficultés actuelles du parc nucléaire français (32 de nos 56 réacteurs sont à l'arrêt, pour corrosion ou maintenance) par un manque de visibilité, ces dernières années, sur l'avenir même de cette filière: "On nous a dit que le parc allait décliner, qu'il fallait se préparer à fermer des centrales…"

Ce sont ces propos que Macron juge non seulement "faux" mais "irresponsables" et "inacceptables". Et d'expliquer, au moins partiellement à juste titre, que la maintenance du parc installé (qui est de la responsabilité d'EDF) ne saurait en aucun cas être conditionnée par la décision (qui revient aux politiques) d'installer ou pas de nouvelles centrales. Dont acte.

Est-ce à dire que les propos de Jean-Bernard Lévy sont sans aucun fondement? Je n'en suis pas certain. Aucune entreprise, fût-elle publique, ne peut donner le meilleur d'elle-même sans avoir une vision à peu près claire (et si possible stimulante) de son avenir. Cela n'empêche évidemment pas les travaux de maintenance, mais contribue à expliquer un certain manque de motivation, à tous les niveaux de l'entreprise, ce qui ne peut pas ne pas retentir sur l'efficacité de l'ensemble. "Si tu veux avancer , disaient les stoïciens, il faut savoir où tu vas." Reconnaissons qu'EDF, ces dernières années, n'avait plus guère les moyens de le savoir.

Lire aussi

Olaf Scholz hausse aussi la voix

Au demeurant, c'est moins le fonctionnement d'EDF qui m'intéresse ici que la colère de notre président. Certains s'en inquiètent: un chef d'Etat a-t-il le droit de sortir de ses gonds? D'autres, dont je suis, y voient plutôt quelque chose de rassurant: cet encore jeune président, qu'on dit si souvent trop lisse et trop maître de lui, a bien droit aux émotions, comme tout le monde, et il n'est pas m[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi