La bourse ferme dans 1 h 55 min
  • CAC 40

    5 837,55
    +6,90 (+0,12 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 714,13
    +9,28 (+0,25 %)
     
  • Dow Jones

    31 241,56
    +317,42 (+1,03 %)
     
  • EUR/USD

    1,1930
    -0,0049 (-0,41 %)
     
  • Gold future

    1 701,90
    +1,20 (+0,07 %)
     
  • BTC-EUR

    40 727,51
    -997,71 (-2,39 %)
     
  • CMC Crypto 200

    972,09
    +28,92 (+3,07 %)
     
  • Pétrole WTI

    65,64
    +1,81 (+2,84 %)
     
  • DAX

    14 062,66
    +6,32 (+0,04 %)
     
  • FTSE 100

    6 710,33
    +59,45 (+0,89 %)
     
  • Nasdaq

    12 803,10
    +79,63 (+0,63 %)
     
  • S&P 500

    3 801,95
    +33,48 (+0,89 %)
     
  • Nikkei 225

    28 864,32
    -65,78 (-0,23 %)
     
  • HANG SENG

    29 098,29
    -138,50 (-0,47 %)
     
  • GBP/USD

    1,3854
    -0,0040 (-0,29 %)
     

Nucléaire: les déboires d'EDF dans la construction de la centrale d'Hinkley Point

·1 min de lecture

L’énergéticien français EDF vient d’annoncer un retard pour son énorme chantier de construction de deux réacteurs nucléaires de nouvelle génération à Hinkley Point au Royaume-Uni. Un retard de six mois qui va entrainer un surcoût de près de 600 millions d’euros.

EDF reporte à 2026 au lieu de 2025, le démarrage de son EPR d’Hinkley Point, au Royaume-Uni. Ce projet doit permettre, de renouveler le parc nucléaire britannique. Cet énorme chantier de construction de deux réacteurs EPR dans le Somerset, sud-ouest de l'Angleterre, a été lancé en 2016.

Ce retard est directement lié, à la crise sanitaire. Les mesures de distanciation sociale ralentissent les travaux. Normalement, 7 000 personnes travaillent, chaque jour, sur le chantier. Aujourd’hui, les effectifs sont tombés à 5 000. Les coûts du projet ont donc été rehaussés : entre 22 et 23 milliards de livres désormais, contre 21,5 à 22,5 milliards auparavant.

Cette annonce montre à quel point EDF, a du mal à tenir les coûts et les délais, de ces chantiers. En France, l’EPR de Flamanville connait, lui aussi, de nombreux retards et surcoûts.

Chute en Bourse à cause du plan Hercule

EDF accumule les déboires. Cette semaine, ses actions en Bourse ont chuté de 11 %. Le plan Hercule qui prévoit le démantèlement du groupe public en trois branches, une pour le parc nucléaire, une pour l’hydroélectricité et une pour les énergies renouvelables, rencontre de nombreuses oppositions.

Bercy n’est pas favorable à ce plan Hercule, tout comme de nombreux élus de la majorité. Quant aux syndicats, ils sont fortement opposés, à tout démantèlement du groupe.

(avec AFP)

►À écouter aussi : Décryptage - Quel avenir pour le nucléaire ?