La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 553,86
    +9,19 (+0,14 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 776,81
    +19,76 (+0,53 %)
     
  • Dow Jones

    33 761,05
    +424,38 (+1,27 %)
     
  • EUR/USD

    1,0257
    -0,0068 (-0,66 %)
     
  • Gold future

    1 818,90
    +11,70 (+0,65 %)
     
  • BTC-EUR

    23 825,77
    +178,31 (+0,75 %)
     
  • CMC Crypto 200

    574,64
    +3,36 (+0,59 %)
     
  • Pétrole WTI

    91,88
    -2,46 (-2,61 %)
     
  • DAX

    13 795,85
    +101,34 (+0,74 %)
     
  • FTSE 100

    7 500,89
    +34,98 (+0,47 %)
     
  • Nasdaq

    13 047,19
    +267,27 (+2,09 %)
     
  • S&P 500

    4 280,15
    +72,88 (+1,73 %)
     
  • Nikkei 225

    28 546,98
    +727,65 (+2,62 %)
     
  • HANG SENG

    20 175,62
    +93,19 (+0,46 %)
     
  • GBP/USD

    1,2139
    -0,0064 (-0,52 %)
     

Nouvelles perturbations en vue à Heathrow avec une grève du ravitaillement de carburant

L'aéroport londonien d'Heathrow, le plus important du pays, perturbé depuis des mois par des manques de personnel et qui a dû réduire le nombre de vols cet été, risque d'être perturbé cette semaine par une grève de personnels de ravitaillement de carburant.

Des salariés d'Aviation Fuel Services (AFS) seront en grève pour trois jours, de jeudi matin 5 heures à dimanche matin, "après avoir refusé une offre salariale" jugée insuffisante, a annoncé mardi le syndicat Unite dans un communiqué.

Ce mouvement "entraînera des retards sur des centaines de vols", en particulier des compagnies "Virgin Atlantic, United, Singapore, KLM, American, Emirates, Air France et Delta" qui utilisent les services de cette entreprise, ajoute l'organisation.

Selon Unite, ces travailleurs "n'ont pas reçu d'augmentation de salaire depuis trois ans, au cours desquels ils ont vu leurs revenus baisser de 15,5 % en termes réels", c'est-à-dire après effet de l'inflation qui s'envole dans le pays et pourrait dépasser 11% cette année.

"Heathrow est en discussion avec (les) compagnies aériennes sur les plans d'urgence qu'ils peuvent mettre en œuvre, y compris en utilisant d'autres fournisseurs de carburant présents à l'aéroport", a réagi Heathrow dans un communiqué.

L'aéroport a allégé il y a une semaine son planning estival de vols à cause des pénuries de personnel qui frappent le secteur en plein redécollage de la demande, après des licenciements massifs pendant la pandémie.

Heathrow a essuyé la fronde d'Emirates, qui refusait les annulations demandées mais a finalement accepté de limiter jusqu'à mi-août les ventes de billets au départ de cet aéroport.

D'autres compagnies telles que British Airways, Wizz Air ou Easyjet avaient déjà, de leur côté, annulé des milliers de vols prévus cet été pour mettre en phase leurs programmes avec leurs capacités réduites.

La grogne enfle dans le pays face à l'inflation qui rogne le pouvoir d'achat et les annonces de grèves se multiplient dans de nombreux secteurs.

Les cheminots britanniques avaient mené fin juin leur plus grosse grève en 30 ans et débrayeront à nouveau pendant l'été. Des grèves ont aussi eu lieu ces dernières semaines chez les avocats pénalistes ou les postiers.

Des débrayages pourraient aussi avoir lieu dans la fonction publique alors que des annonces d'augmentations salariales sont attendues mardi, notamment dans l'enseignement ou la santé, avec un chiffre de 5% de hausse qui circule dans la presse et se trouve déjà dénoncé par les syndicats.

Un préavis de grève a cependant été suspendu début juillet parmi le personnel au sol de British Airways à l'aéroport d'Heathrow, après une offre salariale jugée satisfaisante par les syndicats.

ode/js/abx

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles