Marchés français ouverture 7 h 54 min
  • Dow Jones

    30 814,26
    -177,24 (-0,57 %)
     
  • Nasdaq

    12 998,50
    -114,10 (-0,87 %)
     
  • Nikkei 225

    28 519,18
    -179,12 (-0,62 %)
     
  • EUR/USD

    1,2073
    -0,0012 (-0,10 %)
     
  • HANG SENG

    28 573,86
    +76,96 (+0,27 %)
     
  • BTC-EUR

    29 701,12
    -13,94 (-0,05 %)
     
  • CMC Crypto 200

    701,93
    -33,21 (-4,52 %)
     
  • S&P 500

    3 768,25
    -27,29 (-0,72 %)
     

De nouvelles manifestations prévues contre la loi "sécurité globale" et son article 24

·1 min de lecture

Paris, Bordeaux, Lyon, Strasbourg, Marseille, Grenoble, Clermont-Ferrand, Caen... De multiples rassemblements sont prévus un peu partout dans l'Hexagone, samedi, contre ce texte jugé attentatoire à "la liberté d'expression" et à "l'état de droit" par ses opposants. Samedi dernier, la mobilisation avait rassemblé environ 22.000 personnes sur l'ensemble du territoire, selon les autorités. 

Depuis, la controverse autour de ce texte, vivement dénoncé par les journalistes et les défenseurs des libertés publiques, s'est encore renforcée. L'évacuation brutale d'un camp de migrants à Paris lundi soir et la révélation jeudi du passage à tabac d'un producteur de musique noir par quatre policiers ont suscité l'indignation et électrisé le débat. Des scènes filmées et visionnées des millions de fois sur les réseaux sociaux.

Dans ce contexte tendu, Emmanuel Macron est descendu vendredi dans l'arène pour dénoncer l'"agression inacceptable" du producteur Michel Zecler et des "images qui nous font honte". Il a demandé de nouveau au gouvernement de lui faire rapidement des propositions "pour lutter plus efficacement contre toutes les discriminations".

Deux manifestations déclarées à Paris

Qu'adviendrait-il si les policiers ne pouvaient plus être filmés, interrogent les détracteurs de la loi "sécurité globale", qui redoutent la portée de son article 24, pénalisant ceux qui voudraient filmer les forces de l'ordre avec une intention malveillante. Après avoir modifié le texte pour inclure des garan...


Lire la suite sur Europe1