La bourse est fermée
  • Dow Jones

    30 937,04
    -22,96 (-0,07 %)
     
  • Nasdaq

    13 626,06
    -9,93 (-0,07 %)
     
  • Nikkei 225

    28 546,18
    -276,11 (-0,96 %)
     
  • EUR/USD

    1,2171
    +0,0027 (+0,22 %)
     
  • HANG SENG

    29 391,26
    -767,75 (-2,55 %)
     
  • BTC-EUR

    26 387,94
    +0,95 (+0,00 %)
     
  • CMC Crypto 200

    648,81
    +1,48 (+0,23 %)
     
  • S&P 500

    3 849,62
    -5,74 (-0,15 %)
     

Une nouvelle espèce de « gelée en peigne » découverte au fond des eaux

Éléonore Solé, Rédactrice scientifique
·2 min de lecture

Lors d'une expédition dans les profondeurs des gorges de Guajataca, en 2015, des scientifiques ont filmé ce qui semblait être une nouvelle espèce. « C'était un organisme magnifique et unique », se remémore Michael Ford, l'une des personnes ayant participé à cette aventure. Près de cinq ans plus tard, l'information est confirmée : Duobrachium sparksae est un cténophore décrit pour la première fois ! Et ce, uniquement grâce aux vidéos enregistrées sous l'eau. « Les caméras du robot Deep Discoverer [télécommandé, ndlr] sont capables d'obtenir des images haute résolution et de mesurer des structures de moins d'un millimètre », se passionne Allen Collins, coauteur de l'étude parue dans Plankton and Benthos Research.

Non seulement Duobrachium sparksae est une nouvelle espèce, mais il s'agit également d'un nouveau genre d'espèces. Tout du moins, d'après les images. « Lorsque nous avons fait ces observations, nous étions à 4.000 mètres de profondeur, à l'aide d'un véhicule éloigné, et nous n'avions pas les capacités de prélever un échantillon », reconnaît Michael Ford. Bien que l'identification vidéo puisse être controversée, la communauté scientifique n'a rendu aucun retour négatif sur cette annonce. Aux yeux d'Allen Collins, nul doute, c'est « un très bon exemple de la manière de procéder correctement avec la vidéo ».

Si certains regrettent l'absence de matériel biologique, Allen Collins tempère ces propos : « Même si nous avions eu le matériel [pour collecter un échantillon], il y aurait eu très peu de temps pour traiter l'animal car les animaux gélatineux ne se conservent pas bien. » Les « gelées en peigne », comme sont surnommés les cténophores, se dégradant encore plus vite que les méduses. Dont ils ne sont pas cousins, malgré la ressemblance.

Cette nouvelle espèce de cténophore a été observée lors d'une expédition en 2015. © Bureau d'exploration et de recherche océaniques de la NOAA
Cette nouvelle espèce de cténophore a été observée lors d'une expédition en 2015. © Bureau d'exploration et de recherche océaniques de la NOAA

Le comportement d'un ballon d'air chaud

Durant cinq années, des scientifiques se sont...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura