Publicité
Marchés français ouverture 4 h 26 min
  • Dow Jones

    39 806,77
    -196,82 (-0,49 %)
     
  • Nasdaq

    16 794,88
    +108,91 (+0,65 %)
     
  • Nikkei 225

    39 115,88
    +46,20 (+0,12 %)
     
  • EUR/USD

    1,0857
    -0,0005 (-0,04 %)
     
  • HANG SENG

    19 248,03
    -388,19 (-1,98 %)
     
  • Bitcoin EUR

    65 537,98
    +4 112,66 (+6,70 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 510,81
    +156,39 (+11,55 %)
     
  • S&P 500

    5 308,13
    +4,86 (+0,09 %)
     

Nouvelle-Calédonie : les vraies raisons de ces violentes émeutes

YOAN FLEUROT

En s’attaquant aux outils de productions, en pleine négociation sur le futur statut de l’île, les émeutiers organisent un travail de sape de l’économie locale visant à peser sur les prochaines échéances politiques.

Le déferlement de violences qui s’est abattu depuis 48 heures sur l’agglomération de Nouméa, la capitale de la Nouvelle-Calédonie, est inédit par les cibles choisies. A la différence de la période des « Evénements », la guerre civile des années 1984-1985, où les affrontements meurtriers avaient lieu en « brousse » et visaient des propriétés rurales et des personnes, c’est la grande ville et sa banlieue de cet archipel du Pacifique Sud, français depuis 1853, qui a été le théâtre d‘action des émeutiers indépendantistes kanaks. Plus précisément, ses centres de production les plus connus. Dans cette économie insulaire, dépendante des transports, qui souffre de la contrainte des distances et d’une taille trop étroite du marché intérieur (la Nouvelle-Calédonie ne comptait que 271 000 habitants au dernier recensement de 2019), rares sont les industries de transformation locales. Or, ce sont celles-ci qui ont été attaquées et incendiées. L’usine d’embouteillage Le Froid, productrice de sodas, la seule biscuiterie industrielle du territoire Biscochoc, le constructeur de piscines Azur… Ces fleurons de la production calédonienne, aux marques connues de tous, ont été choisis et dévastés par le feu à dessein.

Lire aussi13.000 emplois menacés, des milliards de dette… le nickel calédonien en état d'urgence

La zone industrielle de Normandie, à l’entrée de Nouméa, avec ses ruines fumantes, a désormais des allures de zone de guerre. « Près d’une centaine d’entreprises ont été totalement détruites par le feu en 48 heures » déplore le Medef local. Les géants de l’import, comme les concessionnaires automobiles et les hypermarchés, livrés au pillage, n’ont pas été épargnés non plus. Pas plus, dans un second temps, de nombreux petits commerces dans les quartiers les plus populaires.

L’ombre des indépendantistes

Sur place, ils sont peu à croire que ces exactions soient spontanées. Les moyens utilisés autour des grandes entreprises traduisent une planification certaine. La Cellule de coordinati[...]

PUBLICITÉ

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi