La bourse ferme dans 44 min
  • CAC 40

    5 573,17
    +1,88 (+0,03 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 519,21
    +7,31 (+0,21 %)
     
  • Dow Jones

    29 872,47
    -173,77 (-0,58 %)
     
  • EUR/USD

    1,1906
    -0,0013 (-0,11 %)
     
  • Gold future

    1 807,80
    +2,30 (+0,13 %)
     
  • BTC-EUR

    14 411,28
    -676,28 (-4,48 %)
     
  • CMC Crypto 200

    335,00
    -35,52 (-9,59 %)
     
  • Pétrole WTI

    45,11
    -0,60 (-1,31 %)
     
  • DAX

    13 313,60
    +23,80 (+0,18 %)
     
  • FTSE 100

    6 359,64
    -31,45 (-0,49 %)
     
  • Nasdaq

    12 094,40
    +57,62 (+0,48 %)
     
  • S&P 500

    3 629,65
    -5,76 (-0,16 %)
     
  • Nikkei 225

    26 537,31
    +240,45 (+0,91 %)
     
  • HANG SENG

    26 819,45
    +149,70 (+0,56 %)
     
  • GBP/USD

    1,3334
    -0,0049 (-0,37 %)
     

Nouvel assassinat d’un journaliste au Mexique, le sixième cette année

·1 min de lecture

Un journaliste de télévision mexicaine a été abattu jeudi près de la frontière avec les États-Unis. La profession est prise en étau entre le narcotrafic et la corruption des autorités.

Arturo Alba Medina est mort dans sa voiture après avoir reçu au moins 11 balles dans le corps. Il venait de terminer son émission du soir sur la chaîne Multimedios Television durant laquelle il avait évoqué la corruption et la criminalité au sein de certaines forces policières. Il s'est appuyé sur des cas précis et a notamment dénoncé l'assassinat d'un mineur qui aurait été perpétré par des policiers.

Pour l'heure, les motivations du meurtre d'Arturo Alba Medina ne sont pas connues. Elles le sont rarement officiellement dans ce pays où plus de 200 journalistes sont morts depuis l'an 2000, dont 23 dans l'État de Chihuahua où résidait Arturo Alba Medina. Ce dernier avait 49 ans, il laisse derrière lui deux enfants.

L'ONG Reporter sans frontières dénonce la collusion des autorités et hommes politiques du pays avec le crime organisé qui menace gravement les acteurs de l'information et entrave le bon fonctionnement de la justice mexicaine. Le président lui-même s'est fait remarquer pour ses critiques récurrentes envers les journalistes. Ces derniers y voient une menace de plus à la liberté d'expression au Mexique.

À lire aussi : Mexique: 50 ans de prison pour le meurtre d'une journaliste, une peine record