Publicité
Marchés français ouverture 8 h 31 min
  • Dow Jones

    39 872,99
    +66,22 (+0,17 %)
     
  • Nasdaq

    16 832,62
    +37,75 (+0,22 %)
     
  • Nikkei 225

    38 946,93
    -122,75 (-0,31 %)
     
  • EUR/USD

    1,0859
    -0,0002 (-0,02 %)
     
  • HANG SENG

    19 220,62
    -415,60 (-2,12 %)
     
  • Bitcoin EUR

    64 451,89
    +176,47 (+0,27 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 518,31
    +29,77 (+2,00 %)
     
  • S&P 500

    5 321,41
    +13,28 (+0,25 %)
     

Nouvel accord sur les pandémies : Big Pharma est gagnant, les pays en développement sont perdants, selon l'AHF Global Public Health Institute

MIAMI, April 25, 2024--(BUSINESS WIRE)--À l'approche de la dernière réunion de l'Organe intergouvernemental de négociation (OIN) de l'Accord sur les pandémies de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), l'AIDS Healthcare Foundation et l'AHF Global Public Health Institute expriment leurs vives inquiétudes quant à la proposition de l'Accord sur les pandémies de l'OMS qui sera présentée le 16 avril 2024.

Cette dernière itération du texte, qui a été considérablement édulcorée au cours du processus de négociation, est remplie de platitudes, anémique en termes d'obligations et dépourvue de toute responsabilité. Victime de la politique du plus petit dénominateur commun à Genève, ce texte ne dispose pas du pouvoir nécessaire pour rendre l'équité opérationnelle et atteindre les objectifs qu'il s'est fixés.

Nous sommes profondément préoccupés par le fait que les nations développées ont défendu avec véhémence les intérêts privés des sociétés pharmaceutiques au détriment de l'intérêt collectif commun qui consiste à assurer la sécurité sanitaire mondiale d'une manière durable et équitable. Un tel mépris a été observé dans le compromis proposé pour le système d'accès aux agents pathogènes et de partage des avantages (PABS) de l'OMS, que le Lancet a qualifié non seulement de « honteux, injuste et inéquitable », mais aussi d'« ignorant ».

Selon les termes actuels de la PABS, seuls 20 % des produits de santé liés à une pandémie sont garantis à l'OMS en cas de pandémie. Comme le souligne le Lancet, une telle disposition laissera effectivement 80 % des vaccins, traitements et diagnostics cruciaux « en proie à la ruée internationale observée lors de l'épidémie COVID-19 ». En outre, ces produits de santé liés à la pandémie ne sont désormais disponibles qu'en cas de pandémie, et non plus après la déclaration d'une urgence de santé publique de portée internationale, comme cela avait été proposé précédemment. En outre, nous pensons que les contributions financières monétaires à la PABS ne devraient pas être « administrées par l'OMS » mais plutôt adressées aux mécanismes de financement de la santé au niveau mondial, selon des formules arrêtées avant la conclusion des négociations.

PUBLICITÉ

N'avons-nous rien appris de la pandémie de COVID-19 ?

Si les coprésidents et vice-présidents de l'INB ainsi que certains délégués ont sans aucun doute travaillé assidûment pour parvenir à un accord, un fait demeure : l'équité ne sera pas mise en œuvre sans mécanismes efficaces de responsabilité et d'application.

Malgré les avertissements des experts techniques, l'INB n'a toujours pas intégré de dispositions concrètes en matière de responsabilité et d'application. Dans la proposition actuelle, la formulation de l'article 8 concernant la surveillance de l'état de préparation et les examens fonctionnels ont été réduits à néant ; l'article 19, relatif à la mise en œuvre et au soutien, ne contient aucune exigence en matière de rapport ou de vérification ; les mécanismes précédemment proposés pour un comité de responsabilité ont été supprimés au lieu d'être renforcés, et le texte va maintenant de l'avant sans aucun moyen efficace de vérification précise, et en temps voulu, du respect des obligations par les parties.

Les appels à la mise en place de mécanismes solides de responsabilisation dans le cadre de l'accord sur la pandémie sont nombreux, mais aucun n'a été entendu. Ils ont été lancés par l'Assemblée générale des Nations Unies et par des organismes internationaux de premier plan, notamment le Conseil mondial de suivi de la préparation (GPMB) et le Groupe indépendant de préparation et d'intervention en cas de pandémie (IPPPR). Outre le GPMB and l'IPPPR, le Panel for a Global Public Health Convention et Spark Street Advisors ont également souligné la nécessité d'un contrôle indépendant.

L' absence de toute forme de surveillance indépendante est préoccupante, car l'expérience pratique et avérée confirme que le fait de s'appuyer uniquement sur les mécanismes d'autodéclaration des États ne fonctionne pas. En effet, plutôt que de tirer les leçons des retards généralisés et des déclarations incomplètes du Règlement sanitaire international (RSI), l'accord sur la pandémie encourage les mêmes pratiques que celles qui ont compromis la sécurité sanitaire mondiale par le passé. Pour garantir son objectivité et son efficacité, l'accord devrait, au minimum, envisager la création d'un organe de contrôle indépendant qui soit « politiquement, financièrement, techniquement et opérationnellement indépendant de l'OMS et des donateurs ».

Outre la surveillance, la responsabilisation exige également un cadre d'application clair prévoyant des mesures d'incitation et de dissuasion pour le respect des règles. Les deux principaux traités placés sous l'autorité de l'OMS - la Convention-cadre pour la lutte antitabac et le Règlement sanitaire international (RSI) - sont décrits dans la documentation comme étant « en proie à une conformité partielle ». La conformité partielle eu égard au RSI, par exemple, « a contribué à faire de la COVID-19 une pandémie de santé mondiale prolongée ».

Toutefois, le respect de ces dispositions a été largement ignoré par toutes les parties et mis sous le tapis tout au long des négociations. Cela est visible dans le texte actuel, qui ne mentionne pas une seule fois le mot conformité. Dans ce but, nous rappelons les préoccupations du Panel for a Global Public Health Convention, qui estime que l'idée d'un comité de conformité et de mise en œuvre n'aurait pas dû être supprimée du texte.

Nous soutenons également l'évaluation du panel selon laquelle une Conférence des Parties (CdP) indépendante et autonome est essentielle car les pandémies ne sont pas qu'une question de santé mais aussi une « priorité sociétale et gouvernementale » qui demande une approche de l'ensemble du gouvernement et de l'ensemble de la société. Nous sommes donc préoccupés par le fait que les modifications apportées au texte proposé, nécessitant que l'OMS fasse désormais office de secrétariat pour l'ensemble de l'accord, compromettent l'indépendance de la CdP. Nous ne savons pas non plus comment cet accord garantira les ressources financières nécessaires pour atteindre ses objectifs.

Pour ce faire, nous insistons sur le fait que les États membres devraient engager les fonds nécessaires pour mettre en place une architecture adaptée en matière de prévention, de préparation et d'intervention en cas de pandémie, en tenant compte des mécanismes existants de financement de la santé au niveau mondial. « L'un des principaux défauts du RSI réside dans le fait que ses exigences en matière de collaboration entre les États, notamment en ce qui concerne la mobilisation des financements, manquent de spécificité » et que « sans repères, formules ou autres détails de ce type », ces « exigences n'ont guère de pouvoir réel ». Ici, les mêmes erreurs se répètent, notamment en raison de l'absence d'engagements financiers contraignants dans la lettre de l'accord. En outre, la suppression de l'article 20, qui prévoit l'élaboration d'une stratégie quinquennale de mise en œuvre financière, fait faire un pas en arrière.

Nous soulignons également que le texte actuel rate l'occasion d'engager efficacement la société civile et d'autres acteurs non gouvernementaux. La seule mention de la société civile, à l'article 17, est immédiatement suivie d'une mise en garde concernant les conflits d'intérêts potentiels, comme si les conflits n'apparaissaient que lorsque la société civile est impliquée. Malgré leurs contributions essentielles lors de la pandémie de COVID-19 et de nombreuses crises sanitaires antérieures, les voix de la société civile restent marginalisées dans les processus décisionnels de l'OMS, dans les négociations de l'accord sur la pandémie et dans sa mise en œuvre. Pour aller de l'avant, il faudrait intégrer la société civile dans la structure de la CdP afin d'assurer une importante participation.

Dans la dernière ligne droite des négociations, les pays seraient bien inspirés de se rappeler comment nous en sommes arrivés là, ce qui doit être accompli dans le cadre de cet accord sur la pandémie et, surtout, quelles seront les conséquences en cas d'échec. L'accumulation de biens essentiels à la santé publique et les politiques qui tolèrent que la cupidité des entreprises prenne le pas sur les vies humaines ne devraient plus être autorisés. Nous demandons donc instamment aux délégués de tenir compte des avertissements des experts et de prendre des mesures pour corriger les lacunes critiques du texte proposé. Les poignées de main vides à Genève n'empêcheront pas une nouvelle catastrophe sanitaire mondiale, ni les pays de se piétiner les uns les autres lors de la prochaine pandémie.

AIDS Healthcare Foundation (AHF), la plus grande organisation mondiale de lutte contre le sida, fournit actuellement des soins médicaux et/ou des services à plus de 1,9 million de clients dans 47 pays aux États-Unis, en Afrique, en Amérique latine/Caraïbes, dans la région Asie/Pacifique et en Europe. Pour en savoir plus sur l'AHF, veuillez consulter notre site Web à l'adresse suivante www.aidshealth.org, retrouvez-nous sur Facebook : www.facebook.com/aidshealth et suivez-nous sur X (ex-Twitter) : @aidshealthcare et Instagram : @aidshealthcare

L'AHF Global Public Health Institute est une initiative conjointe de l'AIDS Healthcare Foundation et de l'Université de Miami, créée pour inciter l'analyse et la recherche en matière de politique de santé publique mondiale. Le but est de générer des preuves objectives pouvant contribuer à l'amélioration de la politique de santé publique aux niveaux mondial, régional, national et local, en particulier en ce qui concerne les maladies infectieuses. Pour en savoir plus sur l'AHF Global Public Health Institute, rendez-vous à l'adresse suivante https://ahfinstitute.org/.

Le texte du communiqué issu d’une traduction ne doit d’aucune manière être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse foi est celle du communiqué dans sa langue d’origine. La traduction devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.

Consultez la version source sur businesswire.com : https://www.businesswire.com/news/home/20240424076632/fr/

Contacts

Guilherme Faviero
Directeur
AHF Global Public Health Institute à l'université de Miami
+1 561.929.9339 mobile
guilherme.faviero@ahf.org

Denys Nazarov,
Directeur de la politique mondiale et de la
communication, AHF
+1.323.308.1829
denys.nazarov@ahf.org